«Sévères conclusions» de la Cnil contre un fichier de la police

LIBERTE La Commission nationale de l'informatique et des libertés estime notamment qu'il y a des failles dans les contrôles de l'utilisation des données du fichier...

20minutes.fr avec agence

— 

L'office national des personnes recherchées ou en fuite directement rattachée à la direction centrale de la police nationale recherche et interpelle plusieurs dizaines de personnes en cavale chaque années. Fichier de police
L'office national des personnes recherchées ou en fuite directement rattachée à la direction centrale de la police nationale recherche et interpelle plusieurs dizaines de personnes en cavale chaque années. Fichier de police — Sipa

La police sur le banc des accusés. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) doit présenter jeudi les conclusions d'un travail d'un an et demi sur un fichier  de police, le Stic , qui contient  de «sévères critiques» à l'égard de ce fichier, d'après le quotidien Le Parisien de dimanche.

Le rapport de la Cnil sur le système de traitement des infractions constatées (Stic) dénonce notamment «des failles dans les contrôles» de l'utilisation du fichier par les policiers et «une mise à jour insuffisante» des données par les parquets, précise le quotidien.

Version provisoire du rapport

Selon le président de la Cnil, Alex Türk, joint par l'AFP, le journal n'a eu accès qu'à une version provisoire d'un rapport dont la Commission doit encore débattre mardi en séance plénière. «C'est la reprise de nos constats mais il manque tout le travail d'interprétation», a déclaré Alex Türk.

Il reste à voir «si les 17 membres (de la Cnil) partagent l'ensemble» des douze propositions des deux rapporteurs, François Giquel et Jean-Marie Cotteret, en vue de l'«amélioration» du fonctionnement du fichier.

C'est la première fois depuis sa création en 2001 qu'un «contrôle général» du Stic est entrepris par la Cnil. Un tel contrôle sera désormais effectué tous les trois ans, a précisé Alex Türk.

Le texte envoyé à Fillon

Le Stic est le plus gros fichier de police judiciaire existant en France, comportant d'après la Cnil «36 millions de procédures, 5,5 millions d'individus mis en cause, 28 millions de victimes». Il recense ces données dès qu'une procédure pour infraction à la loi pénale est ouverte par la police nationale.

Une fois finalisé - mardi après-midi d'après Alex Türk - le rapport «critique» sera adressé au Premier ministre François Fillon. Il s'agit d'«un problème interministériel puisqu'on voit qu'il y a deux ministères concernés», l'Intérieur et la Justice, a-t-il souligné.

Ce n'est pas la première fois que l'Intérieur est pointé du doigt par la cnil; déjà son fichier Edvige avait suscité de fortes critiques.