Réforme du lycée: des centaines de manifestants à Paris, 133 établissements perturbés

EDUCATION La nomination d'un haut commissariat à la Jeunesse et la création d'une mission sur la réforme du lycée ne leur a pas donné satisfaction...

C. F. (avec agence)
— 

Plusieurs centaines de lycéens ont commencé à manifester ce jeudi après-midi à Paris pour réclamer l'arrêt des suppressions de postes dans l'Education, en préalable à toute réforme du lycée. Les manifestants, encadrés par des gendarmes mobiles, sont partis du métro Denfert-Rochereau (14e arrondissement), en direction de «Rue du bac» (7e).

«On ne peut pas concevoir d'avancer sur la réforme du lycée avec des suppressions de postes», a déclaré dans le cortège Antoine Evennou, secrétaire général de l'Union nationale lycéenne (UNL, première organisation lycéenne).

«Nous voulons une réforme, une bonne réforme, pas avec une logique comptable. Or la discussion avec le ministère» de l'Education sur les suppression de postes «est bloquée, c'est à la rue de prouver ce qu'elle veut», a affirmé pour sa part Alix Nicolet, présidente de la Fidl.

16 lycées bloqués

Par ailleurs, 133 lycées étaient touchés par le mouvement lycéen ce jeudi, 117 étant «perturbés» et 16 «bloqués», a affirmé ce jeudi le ministère de l'Education à l'AFP.

117 lycées, soit 4,58% de l'ensemble des établissements, étaient «perturbés» par des blocages partiels, des barrages filtrants par exemple, a détaillé le ministère. Le lycée Paul-Bert à Paris était totalement fermé.

Neuf propositions Un collectif de 19 organisations de l'Education a rendu publiques jeudi neuf propositions pour réformer le lycée, parmi lesquelles celles d'organiser le lycée en modules, de revoir les modalités du baccalauréat, prévoir plus de temps d'accompagnement des élèves et moins d'heures de cours. Leurs propositions sont à l'adresse http://ambitionlycees.wordpress.com.