La totalité du plan de relance adoptée à l'Assemblée

ECONOMIE Les députés ont voté le texte par 316 voix contre 212...

J.M. avec agence

— 

Une prime exceptionnelle de 200 euros pour les titulaires du RMI et une aide à l'embauche dans les petites entreprises figurent parmi les premières mesures du plan de relance de 26 milliards qui ont été instituées par décret, a indiqué lundi Patrick Devedjian.
Une prime exceptionnelle de 200 euros pour les titulaires du RMI et une aide à l'embauche dans les petites entreprises figurent parmi les premières mesures du plan de relance de 26 milliards qui ont été instituées par décret, a indiqué lundi Patrick Devedjian. — Gerard Cerles AFP/Archives

Le plan de relance a été adopté dans sa totalité à l'Assemblée. C'est le projet de loi sur «l'accélération des programmes de constructions et d'investissements» qui a été voté ce mardi par les députés, par 316 voix contre 212. Le collectif budgétaire avait été adopté jeudi dernier.

Patrick Devedjian a rappelé que «les élus ont un rôle capital dans la mise en oeuvre des projets». Le ministre chargé de la Relance a également lancé: «Je compte sur vous. Notre pays doit nous trouver rassemblés face à cette crise injuste que nous affrontons avec courage».

Rien pour les ménages

Le député UMP Michel Piron a salué non pas «une relance de court terme» mais des «investissements de grands équipements, routiers, ferroviaires, dans l'industrie notamment automobile et le bâtiment». Son confrère du Nouveau centre, Nicolas Perruchot, a déclaré qu'il votait le plan «avec espoir et confiance», jugeant que «dans l'état actuel de ce que nous savons, le plan de relance que vous nous proposez apparaît complet et équilibré».

Du côté de l'opposition, le Vert François de Rugy a déploré un plan qui ne prévoyait rien pour les ménages en termes de pouvoir d'achat et de consommation. Le député PS François Brottes a quant à lui dénoncé un plan dont «seuls 6 milliards d'euros sur les 26 milliards annoncés sont du vrai argent abondé par l'Etat, le reste relevant de l'écriture comptable ou de l'avance de trésorerie».