La grève est finie à Saint-Lazare, le trafic reprend progressivement

TRANSPORTS Les conducteurs SNCF ont obtenu satisfaction après l'agression d'un des leurs...

J.M. et A. S. avec agence

— 

La Fgaac (autonomes), 2e syndicat chez les conducteurs de la SNCF, et la CFDT ont appelé mercredi à une grève reconductible à partir du mardi 18 novembre à 20H00 contre une réorganisation du travail dans le fret ferroviaire, ont annoncé les deux syndicats.
La Fgaac (autonomes), 2e syndicat chez les conducteurs de la SNCF, et la CFDT ont appelé mercredi à une grève reconductible à partir du mardi 18 novembre à 20H00 contre une réorganisation du travail dans le fret ferroviaire, ont annoncé les deux syndicats. — Joel Saget AFP/Archives
La grève est terminée à la gare Saint-Lazare à Paris, a-t-on appris de sources syndicales. Les grévistes, qui protestaient contre l'agression d'un conducteur lundi soir, ont voté la reprise du travail obtenu des journées de service supplémentaires, soit un temps de travail mieux réparti et davantage de pause.

La direction de la SNCF a annoncé que la gare avait été rouverte et que le trafic allait «reprendre progressivement». A 19h40, seuls deux trains étaient affichés et la présence policière restait importante dans la gare. Des perturbations peuvent subsister jusqu'en début d'après midi mercredi, a reconnu la direction.
En attendant, la SNCF a mis en place un plan de transport de substitution: >> pour savoir comment rentrer chez vous, clliquez ici

La gare évacuée

Le trafic avait été totalement interrompu depuis ce mardi matin à 10h et . L'ensemble du trafic sur les lignes SNCF de banlieue reliées à la gare Saint-Lazare à Paris était bloqué. La circulation du RER A sur les branches Nanterre-Poissy et Nanterre-Cergy était également interrompue. La ligne A du RER ne passe pas par la gare Saint-Lazare, mais les personnels SNCF qui y sont affectés sont rattachés à la direction régionale de Saint-Lazare.

Du coup, la gare avait été fermée. L'évacuation avait été encadrée par des agents de sécurité et des policiers. La SNCF avait évoqué des raisons de sécurité. «Rien ne circule au départ de Saint-Lazare, et les voyageurs s'entassaient à l'intérieur de la gare», avait expliqué à 20minutes.fr une porte-parole, rappelant que «c'est inutile et dangereux car des accidents peuvent survenir les quais.»

La SNCF solidaire

Sud avait indiqué qu'«à la suite de l'agression d'un conducteur le 12 janvier dans la soirée, les conducteurs de Saint-Lazare avaient décidé de débrayer massivement aujourd'hui 13 janvier 2009».

«La SNCF est évidemment totalement solidaire du conducteur et condamne un acte aussi scandaleux envers un conducteur qui faisait son métier au service du public», avait ajouté le porte-parole de la SNCF.

Selon les premiers éléments cités par la SNCF, à 19h40 lundi soir, un conducteur de train a été victime d'une agression en gare de Maisons-Lafitte (Yvelines) sur la branche A du RER, de la part de six personnes, alors qu'il descendait pour réarmer un système d'alarme qui avait été actionné sans justification. Il a reçu un arrêt de travail de deux jours.

La guerre des mots


Sud Rail lie cette agression au conflit social en cours à la gare Saint-Lazare en soulignant qu'elle «fait suite» aux propos «scandaleusement agressifs» d'un membre de la direction «à l'encontre des cheminots grévistes et de Sud rail», ce que la direction conteste.

«Cette agression n'a évidemment rien à voir avec le conflit social en cours à Saint-Lazare, a indiqué un porte-parole de la SNCF, elle a eu lieu sur la ligne de RER A où le trafic était toujours resté normal et ne peut pas être imputée à des usagers en colère».

>>> L'actualité se construit avec vous. Vous êtiez coincés dans un train de banlieue? Envoyez-nous vos témoignages, vos photos et vos vidéos par SMS ou MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr