Comment lutter contre l'obésité infantile?

SANTE Pour cette 5e journée de prévention, l'information est axée sur le retour aux bases de l'équilibre alimentaire...

Avec agence

— 

En France un adulte sur deux est en surcharge pondérale. 16,9% sont obèses et 32,4% en surpoids. "Les femmes sont plus touchées car elles sont plus pauvres", selon Mme Boyer, qui a souligné que le surpoids et l'obésité coûtaient à l'assurance maladie entre 10 et 15 milliards d'euros.
En France un adulte sur deux est en surcharge pondérale. 16,9% sont obèses et 32,4% en surpoids. "Les femmes sont plus touchées car elles sont plus pauvres", selon Mme Boyer, qui a souligné que le surpoids et l'obésité coûtaient à l'assurance maladie entre 10 et 15 milliards d'euros. — Francois Guillot AFP/Archives

Fruits et légumes, féculents, poisson ou viande... Une alimentation équilibrée est une des base d’une bonne santé et prévient l’obésité infantile. Pour la cinquième année consécutive, l'Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) reconduit sa journée de sensibilisation aux dangers du surpoids chez l'enfant. Et donne des pistes pour apprendre à bien manger.

>> Le site d'information du gouvernement, «Manger Bouger», donne des conseils en matière d'alimentation, en cliquant ici.

Bonnes habitudes

L’Afpa conseille ainsi de veiller à la convivialité des repas, manger lentement, de ne pas se resservir, de faire participer ses enfants aux courses et à la cuisine. Car l'épidémie d'obésité n'est pas enrayée en France, même si l'augmentation du surpoids et de l'obésité chez l'enfant semble se ralentir, selon les études récentes: 18% des enfants de 3 à 17 ans, soit près d'un sur 5, sont néanmoins en surcharge pondérale, dont 3,5% sont considérés comme obèses.

Les habitudes alimentaires se prennent dès le plus jeune âge, souligne l'Afpa, mais la plupart des familles «manquent de repères nutritionnels» au quotidien. A peine 20% des 3-17 ans satisfont au repère «5 fruits et légumes par jour». Leur consommation en aliments complets (pain, riz et pâtes complets) reste insuffisante, tandis que celle de produits et boissons sucrés reste trop importante.

Attention aux céréales du petit-déjeuner destinées aux enfants «qui sont souvent trop sucrées ou trop grasses», de même qu'aux protéines contenues dans les viandes, les oeufs et les poissons, «qui engendrent un surpoids lorsqu'elles sont consommées en trop grandes quantités», met en garde l'Afpa.

Bouger plus

L’association dénonce également la sédentarité, alliée du surpoids. Voiture, ascenseur, télévision, ordinateur ou console de jeux figurent ainsi au banc des accusés. «Pas question de faire un régime ou du sport à outrance», soulignent les pédiatres pour qui «la clé de la prévention de l'obésité infantile se trouve en famille, grâce à de petits gestes simples».

Ils conseillent notamment de supprimer la collation du matin, mais pas le goûter, qui permet à l'enfant d'éviter le grignotage. Mais un goûter léger, en remplaçant les gâteaux par du pain. Autres conseils: apprendre à l'enfant à manger lentement, afin qu'il sache distinguer la faim de la satiété, et l'encourager à se dépenser en allant à pied à l'école ou en jouant à l'extérieur. Enfin, l'Afpa préconise d'intégrer l'enfant à la vie de la cuisine, en l'emmenant au marché et en lui apprenant à cuisiner. A vos tabliers.