Votre santé par grand froid: «les cellules gèlent, exactement comme de la viande au congélateur»

INTERVIEW Le Dr Jean-Dominique Laporte, spécialiste du froid, explique les risques encourus quand le mercure chute…

Propos recueillis par Julien Ménielle

— 

Quant à la tour Eiffel, habituellement ouverte toute l'année, elle a dû fermer lundi, météo oblige. Elle a rouvert en fin de journée mardi, une fois "réchauffée", ses plateformes ayant été déneigées.
Quant à la tour Eiffel, habituellement ouverte toute l'année, elle a dû fermer lundi, météo oblige. Elle a rouvert en fin de journée mardi, une fois "réchauffée", ses plateformes ayant été déneigées. — Franck Fife AFP

En cette période de grand froid, vous savez maintenant comment vous protéger. Mais que risquez-vous au juste? 20minutes.fr fait le point avec le Dr Jean-Dominique Laporte, président de l’association Médecins de montagne.

Dans les périodes de grand froid, quels sont les principaux risques pour la santé?
Les conséquences directes du froid sur l’organisme sont avant tout locales. Il faut prendre garde aux gelures, qui surviennent par agression de la peau ou des muqueuses. Les cellules gèlent, exactement comme de la viande au congélateur. Il existe plusieurs stades, de la simple engelure, superficielle et réversible, jusqu’à la gelure profonde, qui peut atteindre les os et nécessiter une amputation. Le phénomène peut être très rapide, et est aggravé par le vent. A -10°, avec du vent, quelqu’un qui essaierait de dégager sa voiture d’un fossé peut se retrouver avec un doigt ou une oreille gelée en quelques minutes.

Et au niveau général?
Le gros risque, c’est l’hypothermie. Dans ce cas, c’est la température centrale du corps qui baisse. Les fonctions vitales ralentissent alors progressivement, ce qui peut aller jusqu’au décès, par deux mécanismes. Si les fonctions cérébrales sont atteintes, elles aboutissent à l’endormissement et à la mort. De même, le coeur ralentit jusqu’à s’arrêter ou fibriller, c’est à dire fonctionner de façon anarchique et inefficace. C’est ce qui arrive aux SDF lorsqu’ils sont exposés de façon prolongée à des températures extérieures très basses.

Quelles maladies le froid provoque-t-il?
Principalement des infections ORL ou respiratoires. D’abord parce que l’organisme consacre beaucoup d’énergie à lutter contre le froid, et en a moins pour se défendre contre les germes, il est donc affaibli. Ensuite parce que quand il fait froid, les vaisseaux sanguins se contractent pour se défendre, et se dilatent au contraire quand on retourne au chaud. L’alternance constriction dilatation augmente la vulnérabilité aux germes. En revanche, le fait que les épidémies de grippe ou de gastro-entérite surviennent en hiver relève davantage de la coïncidence. Cependant, en ces périodes, les gens vivent dans des atmosphères confinées qui favorisent la transmission.

Des maladies plus graves peuvent-elles survenir?

Certaines pathologies peuvent être aggravées par le grand froid. En premier lieu les troubles cardiaques, touchant les artères coronaires. Le phénomène de constriction des vaisseaux peut avoir de graves répercussions chez ces patients. C’est d’ailleurs pour certains à l’occasion d’un épisode de grand froid qu’ils découvrent leur maladie. Chez les asthmatiques, le froid agresse directement la muqueuse respiratoire et peut provoquer des crises. Dans tous les cas, il est important, avant de s’exposer à des températures très basses, de vérifier que son traitement est bien équilibré et que la maladie est maîtrisée.

Le corps lutte contre le froid de deux façons
Il tente de faire monter sa propre température en déclenchant une activité musculaire par le biais des frissons.
Il protège ses fonctions vitales en réservant l’afflux sanguin aux organes internes. Pour cela, il réduit la taille des vaisseaux irriguant les extrémités. Ce phénomène s'appelle la vasoconstriction.