SDF: Christine Boutin va lancer un recensement des sans-abri

POLITIQUE En pleine vague de froid, la ministre du Logement Christine Boutin est allée chercher au Danemark un peu d'inspiration pour sa politique d'aide aux sans-abris, critiquée par les associations.

© 2009 AFP

— 

En pleine vague de froid, la ministre du Logement Christine Boutin est allée chercher au Danemark un peu d'inspiration pour sa politique d'aide aux sans-abris, critiquée par les associations.
En pleine vague de froid, la ministre du Logement Christine Boutin est allée chercher au Danemark un peu d'inspiration pour sa politique d'aide aux sans-abris, critiquée par les associations. — Gérard Cerles AFP/Archives

En pleine vague de froid, la ministre du Logement Christine Boutin est allée chercher au Danemark un peu d'inspiration pour sa politique d'aide aux sans-abris, critiquée par les associations.

Recensement

Pourquoi le Danemark et pas un autre pays scandinave, tous réputés pour leur modèle social ? «Parce qu'ils ont de l'immigration», et un système de recensement «qualitatif» des SDF comme celui qu'elle veut mettre en place «avant juin».Copenhague, qui compte environ 500.000 habitants, a recensé 1.886 sans-abri, dont 288 dormant à la rue, lors d'une campagne statistique menée en février 2007.

En France, le nombre de sans-abri varie de 15.000 à 100.000, selon que l'on envisage les sans-abri permanents ou les occasionnels.

Villages et cafés solidaires

Accompagnée de Xavier Emmanuelli, président du Samu social, Alain Duchêne, président de l'Armée du Salut, Charles Gazeau, président de l'association des cités du Secours Catholique et du psychiatre Alain Mercuel, Christine Boutin a visité un parc de «maisons atypiques» et un «café de nuit».

«Honnêtement, je n'ai pas vu de choses très nouvelles», a déclaré la ministre à l'issue de ses entretiens avec des représentants de la municipalité.

S'agissant des 40 «maisons atypiques», sorte d'abris en bois regroupés dans des parcs régis par un «concierge social», elle a lancé: «le concept on l'a», avec les Villages de l'espoir. Quant aux «cafés de nuit», ces 6 cafétarias équipées de salle de repos et de sanitaires, leur équivalent existe également «en mieux» à Toulouse, Bordeaux, et depuis peu à Nantes, a-t-elle affirmé.

Enfin, il est difficile de comparer les systèmes, les cultures, ont-ils unanimement notés. Pour mieux y parvenir, Mme Boutin a annoncé avoir confié une mission d'analyse des politiques européennes à l'universitaire Julien Damon. Résultat dans deux mois.