L'ONU appelle à un «cessez-le-feu immédiat»

GAZA Le Conseil de sécurité a adopté une résolution dans la nuit de jeudi à vendredi. Les Etats-Unis se sont abstenus...

Avec agence

— 

La communauté internationale a appelé jeudi soir à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza, près de deux semaines après le début de l'offensive israélienne contre le mouvement radical palestinien Hamas, qui a fait quelque 780 morts.
La communauté internationale a appelé jeudi soir à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza, près de deux semaines après le début de l'offensive israélienne contre le mouvement radical palestinien Hamas, qui a fait quelque 780 morts. — Don Emmert AFP/Archives
Un numéro, 1860. Des espoirs, nombreux. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté dans la nuit de jeudi à vendredi, par 14 voix sur 15, la résolution 1860. Elle «condamne toute violence et hostilité dirigées contre des civils et tout acte de terrorisme». Les Etats-Unis se sont abstenus. Le cabinet de sécurité israélien tient ce vendredi matin une réunion extraordinaire pour arrêter sa réponse à cette résolution.

Dans le texte, le Conseil «souligne l'urgence de la situation et appelle à un cessez-le-feu immédiat, durable et pleinement respecté, menant au retrait complet des forces israéliennes de Gaza.» Il «condamne toute violence et hostilité dirigées contre des civils et tout acte de terrorisme», sans désigner explicitement les tirs de roquettes du Hamas.

La fourniture «sans obstructions» de l'aide humanitaire à Gaza

Le Conseil «appelle à la fourniture sans obstructions» de l'aide humanitaire à Gaza et «salue les initiatives visant à ouvrir des corridors humanitaires». Il appelle les Etats à favoriser la mise en place à Gaza de dispositifs garantissant que le cessez-le-feu sera durable, notamment en «empêchant la contrebande» d'armes et en «assurant la réouverture des points de passage» vers Gaza. Il «salue l'initiative égyptienne et les autres efforts régionaux et internationaux en cours».

Enfin, la résolution, comme tant d'autre avant elle depuis 1947, «appelle à des efforts renouvelés et urgents des parties et de la communauté internationale pour parvenir à une paix globale basée sur la vision d'une région où deux Etats démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte-à-côte en paix, à l'intérieur de frontières sûres et reconnues».

Près de 780 Palestiniens ont déjà été tués


Ce vendredi matin, I
sraël poursuivait ses opérations dans la bande de Gaza, alors que la situation humanitaire n'a jamais été aussi dégradée.

Jeudi, l'agence de l'Onu chargée de l'assistance aux réfugiés palestiniens (l'UNRWA), qui fournit une assistance à 750.000 Gazaouis, a suspendu toutes ses opérations dans la bande de Gaza, «en raison de l'augmentation des actes hostiles contre ses installations et son personnel». Deux manutentionnaires ont été tués jeudi par des tirs de char israélien contre un convoi de l'agence onusienne. Les principaux points de passage d'Erez et Kerem Shalom ont été aussitôt fermés.

Des responsables médicaux palestiniens ont déclaré que le Croissant-Rouge avait découvert 35 nouveaux corps dans des zones de combat du nord et de l'est de la ville de Gaza. Près de 780 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'offensive «Plomb durci».

>>> En raison de débordements systématiques, nous sommes contraints de fermer aux commentaires les articles traitant des événements de Gaza. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@20minutes.fr