La cour des dangers

— 

Le contrôleur général des prisons s'est inquiété hier des « dangers » encourus par les détenus dans les cours de promenade qualifiées de « zones de non-droit », une situation illustrée par plusieurs agressions et meurtres récents. Jean-Marie Delarue a dénoncé des « faits extrêmement fréquents » de « violences, trafics, racket, jets de projectiles » dans les cours de promenade où les détenus passent quotidiennement entre une heure et demie et trois heures. « Le personnel surveille ces cours depuis des postes avoisinants ou par vidéosurveillance », a expliqué le contrôleur général. ■