Les températures restent polaires, la facture d'électricité va être salée

METEO Le record de consommation életcrique a été de nouveau battu ce mardi...

Avec agence

— 

Le verglas et la neige qui tombe depuis lundi matin n'ont pas occasionné de perturbations majeures en fin de matinée dans les 27 départements du nord de la France placés en vigilance orange par Météo France.
Le verglas et la neige qui tombe depuis lundi matin n'ont pas occasionné de perturbations majeures en fin de matinée dans les 27 départements du nord de la France placés en vigilance orange par Météo France. — Thierry Zoccolan AFP/Archives

 

La vague de froid qui frappe la France a eu pour conséquence de faire tomber un record historique: celui de la consommation d'électricité. Celle-ci a atteint 91.500 mégawatts, ce mardi à 19h, effaçant des tablettes les 90.200 mégawatts de la veille. Le précédent record datait de décembre 2007.
Si le pays est si sensible aux baisses de températures, c'est en raison de son fort équipement en chauffage électrique. Ainsi, en hiver, une baisse de 1°C de la température entraîne une augmentation de la consommation d'environ 2.100 MW, soit deux fois celle de la ville de Marseille.


Pas de problèmes sur les routes

Le trafic routier était normal ce mardi matin dans le nord de la France malgré la présence fréquente de verglas due aux chutes de neige de la veille et au froid, a-t-on appris auprès des Centres régionaux d'information et de coordination routière (CRICR), de Météo France et des préfectures.

Aucune difficulté particulière n'était signalée dans les régions Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Champagne-Ardenne, où le mercure descendait localement à moins 10°C, par exemple à Avesnes-sur-Helpe (Nord) et Saint-Quentin (Aisne).

La vigilance orange levée

Météo France a levé tôt ce mardi matin la vigilance orange sur les 14 départements des régions Centre et Ile-de-France. L'alerte avait déjà été levée dès lundi soir pour six départements, dont trois en Picardie, ainsi que sur les départements de l'Aisne, l'Oise et la Somme.

Venue des confins de la Sibérie et de la Scandinavie, la perturbation neigeuse se déplace vers le Sud, descendant sur les Charentes, l'Aquitaine et Midi-Pyrénées, selon le dernier bulletin émis par le Centre national de prévision.

Mettez vos cagoules, températures polaires à prévoir

Le froid devait encore s'accentuer dans la nuit de mardi à mercredi sous l'effet d'un épisode anticyclonique, selon Météo France.

«La nuit prochaine sera certainement la plus froide. Ce matin à Lille on avait -8°C mais on devrait descendre à -9/-10°C mardi matin avec des pics négatifs à -11°C dans le département. Le vent de nord-est ajoute une pointe de froid supplémentaire et les températures ressenties frôlent les -13/-14°C», explique un prévisionniste du centre interrégional de Météo France de Villeneuve d'Ascq (Nord).

Attention, sols glissants


Les chutes de neige ont cessé sur le centre et en région parisienne, mais les sols, gelés, resteront très glissants, et les températures matinales très basses rendent la circulation difficile, explique Météo France. Plusieurs difficultés sont notamment recensées en Seine-et-Marne.

Les chutes de neige ont été soutenues au cours de la nuit du Poitou-Charente au Berry où la couche neigeuse peut atteindre 10 cm. Les températures sont inférieures à moins 5° au Nord de la Seine, sur le Nord-Est et le Massif Central et peuvent rendre les chaussées glissantes selon le Centre National d'Information Routière.

Dégel progresif à Roissy

Près de 3.000 passagers sont restés bloqués dans les terminaux dans la nuit de lundi à mardi. Air France a notamment dû annuler 150 de ses vols sur les 400 programmés depuis le début de l'après-midi de lundi, a expliqué Anne Rigail, responsable des opérations de la firme.

Le trafic aérien revenait progressivement à la normale mardi matin à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle où 1.000 à 1.500 passagers attendaient toujours un vol pour quitter Paris, selon Aéroports de Paris (ADP) et Air-France. «Il n'a pas neigé cette nuit. Les pistes sont claires et ont été déverglacées. Le trafic revient progressivement à la normale», a-t-on expliqué à ADP.

Le trafic est dit «nominal». Cela signifie que «les décollages et atterrissages des avions ont lieu normalement», a-t-on ajouté chez ADP. Selon Air-France, le trafic restait toutefois ralenti par le «dégivrage» obligatoire des avions.