«Aux chômeurs, je dis bon courage»

INTERVIEW Sabine Landrevie Conseillère (FSU) à l'Anpe…

Vincent Vantighem

— 

Nicolas Sarkozy a annoncé mardi une série de mesures pour freiner la montée du chômage, notamment en augmentant de 100.000 les contrats aidés, après s'être attaqué au sauvetage des banques et au financement des PME frappées par la crise.
Nicolas Sarkozy a annoncé mardi une série de mesures pour freiner la montée du chômage, notamment en augmentant de 100.000 les contrats aidés, après s'être attaqué au sauvetage des banques et au financement des PME frappées par la crise. — Gerard Cerles AFP
La fusion des services de l'Anpe et des Assedic est effective depuis lundi. Ce nouveau service public baptisé «Pôle emploi» ne fait pas l'unanimité.

Les dossiers de nombreux chômeurs sont en souffrance dans la région. Lancé lundi, le Pôle Emploi va-t-il résoudre ce problème?

Non, il va le renforcer. Aujourd'hui, près de 4 000 allocataires de la région Nord-Pas-de-Calais ne connaissent pas le montant de leurs indemnités, à cause du manque d’agents. La fusion de l'Anpe et des Assedic va désorganiser un peu plus les services. C'est pour cela que nous avons fait grève.

La réforme prévoit la mise en place de référents uniques qui n'auraient que 60 dossiers à gérer. Vous y croyez?

Le nombre de licenciements augmente. Il suffit de voir ce qu'il se passe à La Redoute ou dans l'automobile. Dans ce contexte, je ne vois pas comment parvenir à 60 dossiers par conseiller. Aux chômeurs, je dis bon courage! Ils ne bénéficieront pas d'un meilleur service. Ils ne retrouveront pas du travail plus facilement.

L'objectif principal de la réforme est pourtant d'arriver à 5% de chômeurs en 2012...

Ni l'Anpe, ni les Assedic ne créent de l'emploi. Mais ça, Nicolas Sarkozy ne l'a pas encore compris.