Pas de trêve hivernale pour le mouvement dans l'éducation

SOCIAL Trois journées de mobilisation sont d'ores et déjà au programme...

C. F. (avec agence)

— 

Quelque 127.000 personnes ont manifesté jeudi en France contre le projet de réforme du lycée du ministre de l'Education Xavier Darcos, a-t-on appris auprès de la Direction générale de la police nationale.
Quelque 127.000 personnes ont manifesté jeudi en France contre le projet de réforme du lycée du ministre de l'Education Xavier Darcos, a-t-on appris auprès de la Direction générale de la police nationale. — Bertrand Guay AFP
Une réforme du lycée repoussée, quinze jours de vacances... La rentrée 2009 sera-t-elle plus calme pour Xavier Darcos? Pas si l'on en croit le calendrier de la mobilisation, déjà chargé. L'Union nationale lycéenne (UNL) a en effet appelé samedi à un rassemblement dès jeudi après-midi à Paris. Le 17 janvier, enseignants, parents d'élèves et lycéens doivent également manifester contre la politique éducative. Et le 29 janvier, les fédérations de l'éducation participeront à la journée nationale de mobilisation interprofessionnelle.

Du côté des lycéens, l'UNL déplore que le ministre de l'Education n'ait encore prévu aucune rencontre avec les organisations lycéennes, alors qu'il «semblait vouloir recommencer les discussions».

«L'hiver sera chaud»

«Si Xavier Darcos ne pose toujours pas les garanties demandées, les lycéens continueront la mobilisation jusqu'à ce qu'ils soient entendus. L'UNL l'avait promis au ministre: l'hiver sera chaud!», ajoute la première organisation lycéenne.

L'UNL réclame «un projet pédagogique global» qui prenne en compte «au moins trois» de ses revendications: «L'acquisition d'une culture commune à tous les élèves» au cours de la seconde, «l'exploration de chaque domaine d'enseignement proposé pour garantir un libre choix d'orientation pour le cycle terminal» et «un réel suivi de tous les élèves» ce qui «suppose un meilleur encadrement». Et donc pas de suppressions de postes.

Le primaire aussi

La Fidl, une autre organisation lycéenne, a d'ailleurs annoncé ce lundi qu'elle faisait désormais «du retrait des suppressions de postes« (13.500 dans le budget 2009) «le préalable à l'ouverture de discussions» avec le ministère de l'Education sur la réforme du lycée.

Du côté du primaire, la colère n'est pas non plus retombée. «En faisant des concessions sur le lycée et pas sur le 1er degré, Xavier Darcos ne calme pas le jeu», avait expliqué fin décembre Gérard Aschieri, du syndicat FSU, à 20minutes.fr. Professeurs des écoles et syndicats seront donc de la partie les 17 et 29 janvier.