«Pôle emploi» accueilli par une grève le jour de son lancement

SOCIAL Les syndicats veulent dénoncer les conditions du rapprochement entre l'ANPE et les Assedic...

MD avec agence

— 

Le pôle emploi réuni les Assedics et l'Anpe
Le pôle emploi réuni les Assedics et l'Anpe — no credit

Fini l'ANPE et les Assedic, place à «Pôle emploi». Au premier jour de lancement de ce «grand service public de l'emploi» voulu par Nicolas Sarkozy, un appel à la grève a été lancé. Les huit syndicats de l'ANPE (CFDT, CFE-CGC, CGT, CFTC, FO, SNU-Anpe, Sud et Unsa) et cinq des Assedic (CFDT, CFE-CGC, CGT, CFTC et FO) appellent à la mobilisation lundi et jeudi pour dénoncer les conditions de cette fusion. Quelque 18,9% du personnel ont suivi le mouvement lundi, a indiqué le syndicat SNU faisant état d'un mouvement suivi à 15% chez les anciens employés Assedic et à 30% chez les ex-ANPE.

Pour les usagers, la seule différence à partir de lundi sera le site Internet et le numéro d'appel communs (3949), ainsi que des dépliants sur les nouveaux services qui verront le jour progressivement. A terme, les demandeurs d'emploi devraient avoir un seul interlocuteur pour l'inscription et l'indemnisation, capable de les aider à se reclasser. Mais ils devront attendre octobre 2009 pour avoir droit au fameux «guichet unique».

De leur côté, les syndicats veulent dénoncer des conditions de travail (salaires, effectifs, formation) qui ne permettent pas, pour le moment, un accueil correct des chômeurs, dont le nombre explose. L'individualisation est le maître-mot de ce nouveau service. Un conseiller ne devrait suivre que 60 demandeurs d'emploi maximum (30, pour les publics les plus fragiles), contre une moyenne de 80 aujourd'hui. Aujourd'hui, seulement 63% des chômeurs sont reçus le même jour pour leur inscription Assedic et leur entretien ANPE, rarement au même endroit et par la même personne.

Un service anti-chômage performant?

Selon le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, l'objectif est clair: créer un service anti-chômage performant et privilégiant «une culture de résultat». «Nous sommes sans doute le seul pays où le suivi de la recherche effective de l'emploi est assuré par trois institutions: l'Etat, l'assurance chômage et l'ANPE. Autant dire qu'elle n'est suivie par personne!», avait déclaré en septembre 2007 le Président Sarkozy, déterminé à appliquer cette promesse de campagne.

Mais pour rendre ce service aussi performant qu'annoncé, il faut former les personnels à deux métiers distincts: orientation-placement et indemnisation. Sept jours sont prévus pour les agents Assedic, trois pour ceux de l'ANPE. «Largement insuffisant», selon les syndicats. Dès son début, «Pôle emploi» est dans l'oeil du cyclone. Avec la crise, les inscriptions affluent tandis qu'une grève est programmée ce lundi, jour de son lancement, puis une autre jeudi. «On appréhende beaucoup des situations de tension qui risquent de se multiplier si le service aux usagers n'est pas rendu correctement», affirme Noël Daucé (SNU-ANPE, affilié à la FSU).