Trois lycéens de Nanterre en garde à vue

P.B. avec AFP

— 

Trois élèves du lycée Joliot-Curie de Nanterre ont été placés en garde à vue lundi matin. La proviseure de l'établissement, classé en Zone d’Education Prioritaire, a déposé une plainte pour «menaces de mort et outrages», a-t-on appris lundi soir de sources policière et judiciaire.
 

«Les menaces de mort sont susceptibles d'être reprochées uniquement aux deux élèves mineurs», précise la source judiciaire.


«Tout est parti d'un conseil de discipline pour absentéisme, le 19 décembre, lors duquel un élève de seconde a été exclu définitivement», a précisé lundi soir à l'AFP l'une de ces trois élèves, Gaëlle, 18 ans, en terminale, déléguée lors du conseil de discipline. Sa garde à vue a été levée lundi en fin d'après-midi.


«On va cramer le lycée»


«La proviseure a dit à la mère de cet élève qu'il était renvoyé car c'est un leader. Nous nous sommes peut-être un peu emportés, mais la sanction allait trop loin, nous avons réagi avec l'émotion», a-t-elle ajouté.


«Nous avons dit à la proviseure que le lycée serait bloqué jusqu'à la réintégration de cet élève, et, lors d'une discussion avec elle, ‘on va cramer le lycée’. Mais cela signifiait uniquement que tous les élèves seraient mobilisés», a-t-elle encore précisé.


«Lors de ce conseil de discipline, il semble qu'absentéisme et activités militantes aient été confondus», a dit à l'AFP Jacques Celet, président de la Ligue des Droits de l'Homme de Nanterre.


Selon la source judiciaire, la lycéenne majeure, Gaëlle, «sera convoquée d'ici un mois devant le délégué du procureur pour outrages».


Quant à l'élève exclu le 19 décembre et l'autre déléguée, en classe de seconde et première, mineurs tous les deux, ils étaient toujours en garde à vue lundi soir. Une décision devrait être prise par le parquet mardi matin.