Un détenu se pend dans sa cellule à Draguignan

PRISONS L'établissement pénitentiaire est surpeuplé, et plusieurs incidents y ont eu lieu ces derniers mois...

J.M. avec agence

— 

Les trois principaux syndicats de surveillants Ufap, FO et CGT, ont appelé lundi "au blocage de tous les établissements pénitentiaires à partir du 13 novembre" pour dénoncer "le mépris" de la ministre de la Justice Rachida Dati, a-t-on appris auprès de FO-pénitentiaire.
Les trois principaux syndicats de surveillants Ufap, FO et CGT, ont appelé lundi "au blocage de tous les établissements pénitentiaires à partir du 13 novembre" pour dénoncer "le mépris" de la ministre de la Justice Rachida Dati, a-t-on appris auprès de FO-pénitentiaire. — Joel Robine AFP/Archives

Nouveau suicide en prison. Un détenu âgé de 44 ans, purgeant une peine pour viol aggravé, s'est pendu dans la nuit de lundi à mardi dans sa cellule de la prison de Draguignan. L'alerte a été donnée par un surveillant aux environs de 5h du matin, mais malgré l'intervention des secours, l'homme n'a pas pu être sauvé.

Condamné en 1999 par la cour d'assises des Alpes-Maritimes, il était en fin de peine et devait être libéré au cours de l'été 2009. Son autopsie doit être pratiquée ce mardi soir.

Bataille de chiffres autour de la surpopulation carcérale

Le centre pénitentiaire de Draguignan, inauguré en 1984, dispose d'une capacité théorique de 357 places. Au mois de septembre, le syndicat Force Ouvrière avait dénoncé un taux d'occupation «de 181,62%, avec un nombre de détenus compris entre 450 et 500».

La direction interrégionale de l'administration pénitentiaire de Provence Alpes Côte d'azur avait minimisé ces affirmations, assurant qu'il y avait «environ 400 détenus» à la prison de Draguignan.

Depuis, quatre tentatives de suicides, sans lien entre elles, ont eu lieu et des surveillants ont été victimes d'agression.