Rama Yade diversement appréciée par ses amis de l'UMP

- ©2008 20 minutes

— 

Feu sur Rama Yade. La secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, qui a froissé récemment l'Elysée en refusant de se présenter aux élections européennes, a été de nouveau la cible de violentes attaques de proches de Nicolas Sarkozy, hier. Après Bernard Kouchner, qui avait jugé comme « une erreur » son secrétariat d'Etat, c'est Christian Estrosi, député-maire de Nice et secrétaire général adjoint de l'UMP, qui s'en est pris à elle. « Elle existe parce que Nicolas Sarkozy l'a fabriquée ! On fait un placement, on le fait fructifier, et au moment où on veut en tirer les bénéfices, voilà... », a-t-il déclaré. Des propos qu'il a mollement contestés et qui ont fait bondir Rama Yade. « Une femme n'est pas un investissement dont on doit tirer des bénéfices », a-t-elle réagi hier, demandant à Estrosi de « démentir ».

La veille, c'est l'ultrasarkozyste ministre de la Famille, Nadine Morano, qui lui avait donné un coup bas. Jugeant que Rama Yade aurait dû se présenter aux européennes, puisque l'Elysée le voulait, elle a estimé qu'« on n'est pas protégé parce qu'on est issu d'une minorité, parce qu'on est d'origine maghrébine ou africaine » et qu'au contraire, « on doit même plus que les autres ». D'origine sénégalaise, Rama Yade a répondu qu'« il y en a qui n'ont jamais accepté cette diversité », regrettant « des relents conservateurs qui remontent ».