Pas de réforme «brutale» du lycée en première et terminale

EDUCATION Xavier Darcos l'assure ce jeudi matin...

Avec agence
— 
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a clôturé samedi dans une ambiance houleuse une journée de débats sur la réforme du lycée et la vie lycéenne qui a réuni dans l'Essonne 600 représentants lycéens nouvellement élus, a constaté un journaliste de l'AFP.
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a clôturé samedi dans une ambiance houleuse une journée de débats sur la réforme du lycée et la vie lycéenne qui a réuni dans l'Essonne 600 représentants lycéens nouvellement élus, a constaté un journaliste de l'AFP. — Alix Guigon AFP/Archives

Au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation contre sa politique éducative, Xavier Darcos s'est voulu rassurant ce jeudi matin quant à la réforme du lycée. «Je ne prévois pas de mutation brutale en ce qui concerne le cycle terminal» (qui comprend la première et la terminale, ndlr) dont nous allons parler en début d'année prochaine, a-t-il déclaré sur RMC.

Seules les grandes lignes de la nouvelle classe de seconde pour 2009 ont pour le moment été présentées. Pour «la première et la terminale, nous n'avons pas d'intentions extrêmement novatrices dans ce domaine, parce que vous retrouverez toujours des dominantes, qui sont le professionnel, le technologique, le littéraire, l'économique et les scientifiques, c'est très difficile d'imaginer autre chose».

Les filières maintenues

«Mais en revanche, nous essaierons de poursuivre cette idée qu'il faut, à côté du temps de cours (...), un temps de soutien, d'accompagnement», a-t-il ajouté. Le ministre a par ailleurs démenti avoir l'intention de faire un bac commun. «J'ai toujours dit que le baccalauréat restera ce qu'il est», a-t-il affirmé.

A la question de savoir, par conséquent, si on ne supprimerait pas les filières actuelles (S, ES, L), il a répondu: «Non. On les appellera peut-être différemment, mais il y aura toujours ces dominantes là.»