Nouveau-né retrouvé: la ravisseuse interpellée mère de 6 enfants

RAPT Elle risque 20 ans de réclusion criminelle...

MD avec agence

— 

Le père du bébé de trois jours qui a disparu mardi à la maternité d'Orthez a lancé mercredi un appel à une femme soupçonnée de l'enlèvement pour que l'enfant soit bien nourri, lui promettant qu'elle serait "accueillie et pas jugée" si elle le ramenait.
Le père du bébé de trois jours qui a disparu mardi à la maternité d'Orthez a lancé mercredi un appel à une femme soupçonnée de l'enlèvement pour que l'enfant soit bien nourri, lui promettant qu'elle serait "accueillie et pas jugée" si elle le ramenait. — AFP/Police judiciaire

Diango, le nouveau-né de trois jours qui avait été enlevé à la maternité d'Orthez dans les Pyrénées-Atlantiques mardi après-midi, a été retrouvé mercredi, grâce notamment à un appel du frère de la femme soupçonnée de l'enlèvement, intrigué par son coup de téléphone lui annonçant son accouchement, a indiqué la gendarmerie. La femme soupçonnée d'avoir enlevé, une mère de six enfants âgée de 48 ans, a été placée en garde à vue.

Elle risque 20 ans de réclusion criminelle


Une information judiciaire sera ouverte pour «enlèvement, détention et séquestration» d'enfant, a indiqué au cours d'une conférence de presse le procureur de Pau, Erick Maurel. «C'est un crime qui est passible de 20 ans de réclusion criminelle», a-t-il précisé.

La ravisseuse a d'abord commencé par affirmer qu'il s'agissait de son enfant, avant de reconnaître qu'elle l'avait enlevé. Le bébé a été transporté en ambulance de Billère à la maternité d'Orthez, où il est arrivé peu après 14h dans un couffin rouge.


«Cette information a été recoupée par l'appel d'un monsieur qui nous a dit que sa soeur lui aurait annoncé qu'elle venait d'accoucher et il trouvait ça très bizarre», a-t-il poursuivi ajoutant que le frère habite dans le Jura. «Comme il avait eu aussi des informations avec le plan alerte enlèvement il nous a appelés et ça a permis de recouper les informations», a-t-il ajouté.

Le plan alerte enlèvement a fonctionné


Le bébé a été retrouvé «en bonne santé» au domicile de la ravisseuse à Billère, une commune jouxtant Pau, a déclaré le commandant Bertrand Ponty, chargé de communication de la gendarmerie d'Aquitaine.
«Des informations se sont télescopées dans un premier temps. On nous a parlé d'une voiture rouge à proximité d'un domicile, une voiture qui semblait un peu impliquée dans cette affaire», a-t-il précisé. La ministre de la Justice Rachida Dati s'est réjouie dans un communiqué que le plan Alerte Enlèvement, déclenché pour la septième fois depuis son adoption en France en 2006, vient «de prouver une fois encore toute son efficacité».


Depuis mardi soir, les gendarmes avaient mis en place un dispositif de recherche comprenant 150 militaires, s'étendant sur les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, jusqu'à la frontière espagnole. Les moyens de transport à destination de tous les horizons avaient fait l'objet de contrôles, notamment deux trains à destination de Pau et de Bayonne, qui ont fait l'objet d'une inspection intégrale.


Le père de l'enfant avait lancé un appel à la ravisseuse,
ce mercredi matin, lui promettant qu'elle serait «accueillie et non jugée». La mère du petit garçon, originaire de Biarritz, avait constaté vers 16h30 sa disparition en sortant de la salle de bain de sa chambre. La gendarmerie d'Orthez avait été saisie de l'affaire.