Rama Yade: «En dix-huit mois, j'ai fait beaucoup de choses»

POLEMIQUE La secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme dresse l'inventaire du travail qu'elle a effectué ses dix-huits derniers mois. Kouchner critique...

MD avec agence

— 

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme Rama Yade rencontreront finalement le dalaï lama vendredi, à la veille de son départ de France où l'accueil officiel a été, selon l'opposition, frileux et confus pour ne pas froisser Pékin
Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme Rama Yade rencontreront finalement le dalaï lama vendredi, à la veille de son départ de France où l'accueil officiel a été, selon l'opposition, frileux et confus pour ne pas froisser Pékin — Jacques Demarthon AFP

Alors que Bernard Kouchner a souligné l'inutilité du secrétariat aux Droits de l'homme, Rama Yade estime ce mercredi, dans une interview accordée au journal «Métro» avant que Bernard Kouchner ne fasse ses déclarations, avoir «fait beaucoup de choses» depuis sa nomination.

«En dix-huit mois, j'ai fait beaucoup de choses», a-t-elle affirmé, énumérant les différents chantiers auxquels elle s'est attelée depuis qu'elle occupe cette fonction. «J'ai par exemple fait adopter par l'Union européenne un projet de lignes directrices contre les violences faites aux femmes», dit-elle.

Rama Yade fait l'inventaire

«J'ai également fait rallier dix-sept pays à la cause des enfants soldats pour que des mesures concrètes soient prises contre leur recrutement», dit Rama Yade dans des propos tenus avant que soient connues les déclarations de Bernard Kouchner sur l'«erreur» que représente, selon lui, un secrétariat d'Etat aux droits de l'Homme.

«A la fin du mois, je vais lancer à l'ONU un appel universel pour la dépénalisation de l'homosexualité. Une soixantaine d'Etats vont nous rejoindre», a-t-elle ajouté. «Tous ces chantiers en si peu de temps ont permis à la France de montrer son rôle leader sur la question des droits de l'Homme et d'être suivie par d'autres Etats», conclut-elle.