Education: «On ne peut plus croire ce ministre»

INTERVIEW Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves des écoles publiques (FCPE), souligne le ras-le-bol des parents, des enseignants et des élèves face aux annonces de réformes du ministre Xavier Darcos...

Maud Descamps

— 

Une organisation de parents d'élèves français a lancé lundi une opération "pesée de cartables" afin d'alerter l'opinion sur le danger que constitue pour la santé des élèves le port de sacs de classe trop lourds, représentant fréquemment plus de 20% du poids d'un enfant.
Une organisation de parents d'élèves français a lancé lundi une opération "pesée de cartables" afin d'alerter l'opinion sur le danger que constitue pour la santé des élèves le port de sacs de classe trop lourds, représentant fréquemment plus de 20% du poids d'un enfant. — Stéphane de Sakutin AFP

Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves des écoles publiques (FCPE), souligne le ras-le-bol des parents, des enseignants et des élèves face aux annonces de réformes du ministre Xavier Darcos.

Quelle est la particularité du mouvement de ce mercredi?
C'est une mobilisation qui a commencé en octobre et qui est en train de s'intensifier et de s'étendre à l'ensemble du système éducatif. Les manifestations de ce mercredi sont les derniers mouvements avant les fêtes de fin d'année, mais nous lançons déjà d'autres appels à la mobilisation pour le mois de janvier. Nous voulons montrer à Xavier Darcos que nous ne plaisantons pas. Le problème aujourd'hui est que nous ne pouvons plus croire ce ministre. Il est en train de dénaturer le service public et plus particulièrement l'éducation nationale. Les manifestations de ce mercredi sont un moyen de sensibiliser l'opinion aux réformes annoncées.

Quels sont les motifs de cette mobilisation?
Globalement, nous nous apercevons que l'éducation n'est plus la première priorité. On cherche à tout prix à réduire les coûts plutôt que d'essayer à améliorer les connaissances et donner toutes les clefs aux élèves pour une meilleure réussite. Il y a un dénigrement systématique de l'éducation. Xavier Darcos fait exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire. Il cherche à faire des économies et donc forcément ces économies ne peuvent pas rimer avec l'amélioration de la qualité de l'enseignement. Les parents d’élèves ne sont plus entendus depuis le mois de mai par le ministre.

Quelles sont, selon la FCPE, les réformes à mettre en place?
Tout d'abord, il faudrait revoir les programmes de primaire et les améliorer. On a fait exactement l'inverse l'an dernier. Ensuite, il faut fixer des objectifs d'apprentissage, des objectifs éducatifs. Il faut aussi revoir la pédagogie, l'orientation, les conditions de travail des élèves et des enseignants. La part de dépense pour l'éducation dans le produit intérieur brut français est en baisse depuis plusieurs années, alors que nos voisins européens adoptent une position opposée. Comment améliorer notre enseignement en cherchant sans cesse à faire des économies?