Prière d'embaucher les natifs

Laure de Charette - ©2008 20 minutes

— 

Dans les départements d'outre-mer, les locaux occupent trop souvent des postes subalternes et peinent à accéder aux jobs à responsabilité, surtout proposés aux métropolitains. C'est fort de ce constat que Patrick Karam, délégué interministériel à l'Egalité des chances des Français d'outre-mer, a mis au point une charte. Une grande partie des entreprises de Guyane, Martinique ou encore de Guadeloupe la signent aujourd'hui. Elles s'engagent à « solliciter davantage, particulièrement pour les postes d'encadrement, des candidats d'origine ultramarine, dès lors qu'ils présentent les compétences recherchées ».

Le concept, mis en avant par Ségolène Royal à la Réunion pendant la campagne présidentielle, consiste à embaucher d'abord un local, avant de faire venir un métropolitain, si le profil recherché n'a pas été trouvé sur place. « Cette politique volontariste est attendue depuis très longtemps. Il en va de la cohésion nationale, car de nombreux habitants d'outre-mer ont l'impression que les Blancs sont au sommet, et les gens de couleur cantonnés à la base », souligne Patrick Karam. En outre, le taux de chômage avoisine les 25 % dans les DOM.

Pour autant, le texte ne prévoit aucune sanction. Les entreprises dont le siège est en métropole, avec une antenne outre-mer, joueront-elles le jeu de la discrimination positive ? Selon Guy Dupont, président de la Fédération des entreprises des DOM, les secteurs tournés vers le consommateur - services, marketing ou tourisme - ont tout intérêt à faire évoluer leurs pratiques. « Pour un chef d'entreprise, autant recruter quelqu'un qui connaît parfaitement l'environnement géographique et culturel et qui est adaptable immédiatement. » Encore faut-il trouver le candidat adéquat sur place. L'ANPE ne fonctionnant pas aussi bien que dans l'Hexagone, un site Internet recensant les demandes et les offres d'emploi outre-mer va être créé l'an prochain. Histoire que les salariés ultramarins aient droit au chapitre sur leurs terres.