La réduction d'impôts pour les parents isolés menacée

POLEMIQUE Après la proposition de défiscaliser les pertes boursières, un autre amendement du sénateur UMP Marini est examiné au Sénat...

J.M. avec agence

— 

AFPTV

Un amendement peut en cacher un autre. Le Sénat a adopté ce mardi la proposition de Philippe Marini (UMP) de supprimer progressivement un avantage fiscal accordé aux parents isolés. Ce même sénateur avait envisagé de permettre aux particuliers de déduire de leurs impôts certaines pertes boursières. Amendement retiré lundi soir, face au tollé qu'il a provoqué.

Copé «plutôt réservé»

L'idée de Philippe Marini est de supprimer la demi-part supplémentaire dont bénéficie un parent ayant vécu seul avec son enfant à charge, même lorsque celui-ci a atteint l'âge de 26 ans. Un avantage dont les parents isolés bénéficient actuellement à vie, contrairement aux couples mariés ou pacsés, qui n'y ont plus droit plus quand leur enfant quitte le foyer familial.

«Cette proposition me paraît un peu surprenante», a commenté Jean-François Copé sur France 2. Le patron des députés UMP se dit même «plutôt réservé» face à ce qu'il imagine être une «économie budgétaire». Une mesure dont il n'est pas certain qu'elle soit d'actualité «dans le contexte de crise (...), avec les problèmes de pouvoir d'achat que l'on connaît».

Justice sociale

Selon le site Internet du «Parisien», 4,3 millions de ménages sont concernés, pour un coût estimé à 1,7 milliard d'euros en 2009. Mais une telle économie se ferait «au détriment d’une population essentiellement composée de femmes qui ne sont pas parmi les plus riches», s'insurge Nicole Bricq, sénatrice PS de Seine-et-Marne.

En revanche, on ignore combien aurait coûté la défiscalisation des pertes boursières chère à Philippe Marini, comme se le demandait Patrick Devedjian, lundi sur l'antenne de RTL. Et Nicole Bricq d'enfoncer le clou: «Ce n’est pas en taxant le revenu des contribuables vivant seuls que l’on avancera dans la voie de la justice sociale.»