Le nouveau chef présumé d'ETA arrêté

TERRORISME «Gurbitz» a été arrêté lundi soir dans les hautes Pyrénées, il succédait à «Txeroki», lui même arrêté le 17 novembre…

MD avec agence

— 

L'organisation séparatiste basque affirme cette fois que son objectif est de lancer "un processus démocratique au Pays Basque". "A la fin de ce processus, les citoyens basques devront avoir la parole et le pouvoir de décision sur leur avenir", poursuit l'organisation indépendantiste, en référence à sa revendication du droit à l'autodétermination du Pays Basque espagnol (nord).
L'organisation séparatiste basque affirme cette fois que son objectif est de lancer "un processus démocratique au Pays Basque". "A la fin de ce processus, les citoyens basques devront avoir la parole et le pouvoir de décision sur leur avenir", poursuit l'organisation indépendantiste, en référence à sa revendication du droit à l'autodétermination du Pays Basque espagnol (nord). — Francis Nallier AFP/Infographie

C'est le deuxième coup de filet en un mois qui s'abat sur ETA. «Gurbitz», le nouveau chef présumé de l'ETA militaire, a été arrêté lundi soir à Gerde dans les Hautes-Pyrénées par la police française. Un nouveau coup porté à la tête de l'appareil armé de l'organisation séparatiste basque.

Le successeur de «Txeroki»

Selon le ministre espagnol de l'Intérieur, «Gurbitz», identifié comme Aitzol Iriondo Yarza, «pourrait être lié» aux meurtres de deux gardes civils espagnols à Capbreton dans les Landes en décembre 2007. Deux gardes civils espagnol en mission de renseignement en France avaient été tués par balles à la sortie d'une cafétéria de cette localité des Landes par un commando de trois membres de l'ETA, dont deux avaient été interpellés peu après les faits.

Il était «vraisemblablement le successeur comme chef militaire de l'ETA et numéro un» de l'organisation indépendantiste, a déclaré Alfredo Perez Rubalcaba lors d'une conférence de presse au siège de son ministère. Un membre présumé du «Commando Biscaye», un groupe considéré comme très actif, et un autre membre de l'appareil militaire d'ETA ont été arrêtés en même temps que «Gurbitz», lundi.

Une coopération Franco-espagnole qui fait ses preuves

De son côté, la police espagnole a arrêté lundi trois personnes, dans une intervention liée à l'interpellation de «Gurbitz». Les trois personnes ont été arrêtées à un poste de péage d'autoroute près de la ville d'Irun, dans le nord-ouest de l'Espagne, a précisé la chaîne de télévision TVE, en ajoutant qu'une opération de la police espagnole déclenchée dans cette zone tout près de la frontière française continuait toujours.

Après les interpellations en France, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, a exprimé sa «très vive satisfaction, et celle d'Alfredo Perez Rubalcaba avec lequel elle vient de s'entretenir», selon le communiqué de la Place Beauvau.