Les trois affaires seraient liées

- ©2008 20 minutes

— 

Même carré musulman. Même couleur de peinture. Mêmes inscriptions. « A priori, cela ressemble à la précédente profanation », a confié, prudemment, Jean-Pierre Valensi, le procureur d'Arras. A ceci près que les peintres ont attaqué, dimanche soir, trois fois plus de tombes qu'en avril dernier.

Dans le viseur des gendarmes, deux néonazis de 20 et 23 ans qui avaient été mis en examen en septembre. Niant leur implication dans les faits d'avril 2008, ils avaient été laissés libres sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur procès. « Ça remet le doute, nous a confiés, hier, une source proche de l'enquête. Soit ils sont idiots. Soit ils ne sont responsables ni de la profanation d'hier, ni de celle d'avril. »

Le doute est d'autant plus grand qu'un des deux suspects a déjà été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme, pour des faits similaires en 2007 sur le même carré musulman. Cinquante-deux tombes avaient été recouvertes de croix gammées et celtiques rouges. Au juge d'instruction, il avait confié à l'époque : « Hitler est mon idole. »

V. V.