Nouvelle profanation du carré musulman au cimetière de Notre-Dame-de-Lorette

PAS-DE-CALAIS Des tombes israélites ont également été profanées...

Vincent Vantighem, envoyé spécial, avec Olivier Aballain et Catherine Fournier

— 

Au cimetière Notre-Dame de Lorette, où plus de 500 tombes ont été profanées dans la nuit du 7 au 8 décembre 2008
Au cimetière Notre-Dame de Lorette, où plus de 500 tombes ont été profanées dans la nuit du 7 au 8 décembre 2008 — O. TOURON / 20 MINUTES

Des tombes musulmanes du cimetière militaire Notre-Dame de Lorette, près d'Arras, ont été profanées dans la nuit de dimanche à lundi, pour la troisième fois en dix-huit mois. Les faits ont été découverts par des anciens combattants, tôt ce lundi matin, jour de la grande fête musulmane de l'Aïd el-Kébir.

>> Notre dossier sur les précédentes profanations du cimetière Notre-Dame-de-Lorette

Selon notre journaliste sur place, plus de 500 tombes ont été profanées, soit presque l'intégralité du carré musulsman, qui compte 576 tombes orientées vers La Mecque. Des inscriptions à caractère raciste ont été notées à la peinture noire, lettre par lettre, sur chaque tombe. Comme la fois précédente, le nom de la ministre de la Justice, Rachida Dati, y figure. Des croix gammées ont également été inscrites sur les tombes. En revanche, aucune autre dégradation matiérielle n'a été commise.

«Entre une dizaine et une vingtaine de tombes israélites», situées dans le prolongement de celles du carré musulman, «ont également subi des dégradations du même type», a par ailleurs affirmé la gendarmerie, qui précise qu'il «n'y a pas d'inscriptions antisémites» sur ces tombes.

Nicolas Sarkozy parle de «racisme répugnant»

Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet. Selon l'AFP, «de gros moyens sont engagés» pour cette enquête, qui mobilise de nombreux gendarmes du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, ainsi que des spécialistes de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel, devait se rendre sur les lieux à 16h30.

Nicolas Sarkozy a aussitôt dénoncé «un acte abject et révoltant», expression d'«un racisme répugnant». Le Président «partage la douleur des musulmans de France et les assure de toute sa sympathie» et «tient aussi à faire part de sa solidarité à l'ensemble du monde combattant», écrit également l'Elysée dans un communiqué. La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a également fait part de son «indignation». François Fillon a quant à lui condamné des actes qui, selon lui, «s’en prennent à l’Histoire de notre pays, à la mémoire d’hommes d’honneur». (>> pour retrouver l'intégralité des réactions, cliquez ici)

«Peut-être faudrait-il d'abord éclairer le site»

David Bardiaux, salarié du musée Notre-Dame de Lorette, a appris la nouvelle par «20 Minutes». «J’ai quitté le site dimanche vers 17h30, il n’y avait rien. C’est incroyable, la troisième fois en dix-huit mois. Après la dernière fois, en mars, nous avons eu un hélico qui survolait le site pendant plusieurs jours, puis les gendarmes ont assuré une présence constante pendant cinq à six mois», témoigne-t-il.

«Mais depuis, il n’y avait rien d’autre qu’une ronde de la gendarmerie, beaucoup plus fréquente qu’avant, ajoute David Bardieux. Mais ça ne peut pas suffire, car il suffit de quelques minutes pour dégrader des tombes dans le noir. Plutôt que de penser à installer des caméras, peut-être faudrait-il d’abord éclairer le site, comme au Mémorial (australien) de Vimy, pas loin d’ici. Si le site ne restait pas dans le noir pendant la nuit, ce serait plus difficile de passer incognito.» «Ce sont des lâches, ils n'ont qu'à faire ça en plein jour», renchérit Michel Haut, Président des Gardes d'honneur de Lorette. Une patrouille a été effectuée à minuit dans le cimetière.

576 tombes orientées vers La Mecque

Ce cimetière militaire situé dans le Pas-de-Calais avait déjà été profané à deux reprises depuis 2007 (lire l'encadré).

Inauguré en 1925 sur 13 hectares, le cimetière Notre-Dame-de-Lorette, situé sur une colline, commémore notamment les combats de 1915, à l'un des endroits les plus disputés du front occidental au début de la Première Guerre mondiale. Environ 40.000 combattants y reposent, dont la moitié dans des tombes individuelles.

A la suite des débordements de certains internautes, nous avons décidé de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.

Précédents
Dans la nuit du 18 avril au 19 avril 2007,
52 tombes musulmanes avaient été profanées dans le même cimetière. Trois jeunes de 16 à 22 ans avaient avoué. Deux d'entre eux avaient été condamnés à deux ans de prison, dont un avec sursis. Le troisième, mineur, avait écopé de sept mois de prison, dont cinq et demi avec sursis.
Dans la nuit du 5 au 6 avril 2008, ce sont 148 tombes qui avaient été profanées. Deux suspects, âgés de 20 et 23 ans, ont été mis en examen mais n'ont toujours pas été jugés. L'un des deux était impliqué dans la précédente profanation.