Sabotages SNCF: trois suspects remis en liberté, deux autres restent en détention

PIRATES DU RAIL Ils étaient écroués depuis le 15 novembre dernier. Le chef présumé du groupe reste en maison d'arrêt...

Avec agence

— 

L'implication des dix personnes, placées en garde à vue après les sabotages de caténaires SNCF, n'était pas formellement établie mercredi soir après 36 heures de garde à vue, a affirmé une source judiciaire.
L'implication des dix personnes, placées en garde à vue après les sabotages de caténaires SNCF, n'était pas formellement établie mercredi soir après 36 heures de garde à vue, a affirmé une source judiciaire. — Thierry Zoccolan AFP

La cour d'appel de Paris a ordonné mardi la remise en liberté de trois personnes soupçonnées d'avoir participé en novembre à des dégradations contre des lignes TGV. Et elle a confirmé le maintien en détention des deux autres, dont Julien Coupat, chef présumé du groupe.

Les trois magistrats de la chambre de l'instruction n'ont pas suivi complètement le parquet général, qui avait requis vendredi le maintien en détention de ces cinq auteurs présumés.