Prix des carburants en Guyane: Yves Jégo demande au conseil régional de baisser ses prélèvements

ENERGIE Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer propose en échange une enveloppe de 10 millions d'euros...

Avec agence

— 

Le secrétaire d'Etat à l'outremer Yves Jégo a annoncé vendredi une baisse des prix des carburants en Guyane, paralysée depuis lundi par des barrages routiers dressés pour protester contre la hausse de cette denrée, un mouvement qui a entraîné le report du prochain tir d'Ariane.
Le secrétaire d'Etat à l'outremer Yves Jégo a annoncé vendredi une baisse des prix des carburants en Guyane, paralysée depuis lundi par des barrages routiers dressés pour protester contre la hausse de cette denrée, un mouvement qui a entraîné le report du prochain tir d'Ariane. — Jody Amiet AFP

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Yves Jégo demande au conseil régional de Guyane d'abaisser le montant de ses prélèvements sur les carburants en échange d'une «enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros», dans un entretien paru ce lundi dans «France Guyane».

La Guyane est paralysée depuis une semaine par un vaste mouvement de camionneurs et automobilistes qui réclament une baisse des prix du carburant de 50 centimes par litre.

Les pétroliers ont déjà baissé de 30 centimes

«Le seul moyen pour aller aux 50 centimes, chacun le sait, est (...) que la région Guyane qui perçoit la totalité des taxes prélevées sur les automobilistes accepte, elle aussi, de réduire ses prélèvements», dit le secrétaire d'Etat.

Yves Jégo avait déjà annoncé vendredi avoir obtenu des pétroliers qu'ils consentent à une baisse de 30 centimes par litre de carburant et proposé de prendre 5 millions d'euros dans le fonds exceptionnel d'investissement pour l'outre-mer pour compenser le manque à gagner des collectivités.

«J'en appelle à la responsabilité de la classe politique»

Il propose cette fois un doublement de l'enveloppe. «Si la région, avec l'accord de ses partenaires, délibère dès ce début de semaine pour une baisse de 20 centimes immédiate qui viendrait s'ajouter aux 30 centimes déjà appliqués, et si l'activité reprend rapidement, je suis prêt à doubler l'engagement financier de l'Etat. Je pourrai alors réserver, dès 2009, une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros», dit-il.

«J'en appelle maintenant à la responsabilité de la classe politique et de tous les acteurs de la vie locale en Guyane. Personne ne comprendrait, me semble-t-il, que les élus qui ont pris fait et cause pour cette revendication refusent maintenant de mettre en oeuvre la solution attendue qui dépend désormais exclusivement d'eux», ajoute-t-il.