L'appel à l'aide des élus Guyanais

- ©2008 20 minutes

— 

Huit partis politiques de Guyane, dont l'UMP et le PS, ont demandé à Nicolas Sarkozy dans un communiqué publié hier de prendre « toutes les décisions nécessaires à l'aboutissement de la demande légitime du peuple guyanais » concernant les mouvements sociaux qui agitent le département.

La Guyane est paralysée depuis une semaine par des barrages routiers, dressés par des camionneurs et des automobilistes qui réclament une baisse de 50 centimes du prix du litre de carburant. L'aéroport international a été fermé aux vols commerciaux. Le tir d'Ariane 5, prévu le 10 décembre, a été reporté en raison des difficultés de circulation rencontrées par le personnel de la base spatiale. Première avancée, le secrétaire d'Etat à l'Outremer, Yves Jégo, a demandé au préfet de Guyane de prendre un arrêté permettant à partir d'aujourd'hui une baisse de 30 centimes du litre de carburant. Le prix à la pompe est désormais de 1,47 euros pour l'essence et de 1,25 euros pour le gazole.