Crash de St-Cyprien: les recherches des corps des 5 disparus se poursuivent, les boîtes noires localisées

AIRBUS Il n'avait subi que des travaux de peinture et n'effectuait pas un vol d'essai au moment du drame...

J.M. avec agence

— 

Un Airbus A320 de la compagnie Air New Zealand, identique à celui qui s'est abîmé près de St-Cyprien le 27 novembre 2008
Un Airbus A320 de la compagnie Air New Zealand, identique à celui qui s'est abîmé près de St-Cyprien le 27 novembre 2008 — REUTERS/Airbus

L'Airbus A320 qui s'est abîmé en mer au large de St-Cyprien, jeudi, n'effectuait pas un vol d'essai, mais «un vol d'acceptance». Une simple formalité avant d'être restitué à la compagnie Air New Zealand à Francfort, selon Dominique Bussereau. Les recherches se sont poursuivies sans succès ce vendredi pour retrouver les corps de cinq disparus. Les boîtes noires de l'appareil ont été localisées.

Le secrétaire d'Etat aux Transports s'est rendu sur place, ce vendredi, et s'est recueilli dans la matinée à l'hôpital de Perpignan, où reposent les corps de deux victimes du crash. Il a également expliqué que l'appareil était un «avion récent» sorti en juillet 2005 des usines d'Airbus à Toulouse et ayant 7.000 heures de vol.

«Un virage qui n'était pas prévu»

L'appareil d'Air New Zealand, qui était loué par XL Airways Germany, a passé dix jours chez la société EAS Industries à Perpignan pour «une visite légère pour la transformation de la peinture» afin qu'il retrouve les couleurs de la compagnie néo-zélandaise, a expliqué Dominique Bussereau.

Il raconte qu'après avoir décollé de Perpignan, l'Airbus aurait «effectué un virage qui n'était pas prévu dans la procédure et (...) une brutale montée» avant de s'abîmer.

Enquête en cours

Le procureur adjoint du parquet de Perpignan en charge du dossier a pour sa part annoncé qu'il y aurait une ouverture d'information judiciaire «très rapidement» avec deux juges d'instruction.

Cinq techniciens du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) et autant de représentants d'Airbus sont arrivés à Perpignan pour les besoins de l'enquête, alors que les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver les cinq disparus.

Interrompues jeudi soir vers 23h en raison de la nuit et du froid, les recherches ont repris vers 7h ce vendredi, dans de mauvaises conditions météorologiques, avec une houle de 1,50 mètre. Seuls deux corps avaient été retrouvés, jeudi en fin de journée, sur les sept personnes recherchées.