Coronavirus : Le chef étoilé Michel Sarran lance un appel au président Macron

RESTAURATION Le médiatique chef toulousain demande au chef de l’Etat des aides fiscales pour le monde de la restauration et du tourisme

B.C.
— 
Le cuisinier étoilé Michel Sarran dans la saison 10 de Top Chef.
Le cuisinier étoilé Michel Sarran dans la saison 10 de Top Chef. — Marie Etchegoyen / M6
  • Alors que le secteur de la restauration est touché de plein fouet par la crise du coronavirus, le chef étoilé Michel Sarran interpelle dans une vidéo Emmanuel Macron.
  • Il demande au chef de l’Etat d’abandonner les cotisations sociales dans le secteur du tourisme et de mettre la pression sur les assurances pour aider les professions du secteur.

Il y a un mois, il quittait ses fourneaux « jusqu’à nouvel ordre », obligé comme tant d’autres restaurateurs de se plier aux directives gouvernementales pour limiter la pandémie de coronavirus. Après avoir participé à la solidarité envers les soignants, en leur concoctant des mets deux étoiles, le chef toulousain Michel Sarran attend aujourd’hui un signe de l’exécutif.

Mardi, au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron, le médiatique cuisinier a décidé de prendre la parole et d’interpeller directement le président de la République. Lors de son allocution, il a indiqué que les lieux qui accueillent du public, comme les restaurants ou les bars, ne rouvriront pas le 11 mai.

De quoi donner des sueurs froides à la profession. « Nous avons appris que le tourisme devrait patienter encore quelque temps. Combien de temps ? On ne sait pas. Quelles mesures allaient être prises ? On ne sait pas. Dans quelles conditions allons nous reprendre, nous ne savons toujours pas », égrène Michel Sarran dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.


Si Emmanuel Macron a annoncé un plan spécifique pour les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration ou encore de l’événementiel, leurs contours restent encore à définir.



Charges sociales et assurances

Mais pour le juré de l’émission Top Chef, il est nécessaire d’avoir dès aujourd’hui « des garanties, parce que sinon de nombreuses maisons ne rouvriront pas, de nombreuses personnes se retrouveront au chômage ». Solennellement, ce dernier demande donc au chef de l’Etat « d’abandonner les charges sociales » et de mettre « la pression pour que les assurances réagissent », comme en Allemagne.

Une intervention en forme de cri du cœur, que Michel Sarran conclut par un « Aidez-nous, on compte sur vous ! »