Taser: Olivier Besancenot fixé sur son sort ce lundi

JUSTICE Le leader de la LCR était assigné en diffamation par l'importateur français de cette arme...

C. F.

— 

Taser France a également assigné en diffamation Olivier Besancenot, le chef de file de la LCR, et l'hebdomadaire L'Express.
Taser France a également assigné en diffamation Olivier Besancenot, le chef de file de la LCR, et l'hebdomadaire L'Express. — Mehdi Fedouach AFP/Archives

Peut-on affirmer que le Taser a provoqué des décès aux Etats-Unis? Le tribunal de grande instance de Paris donnera sa réponse ce lundi, dans le jugement concernant Olivier Besancenot.

Le leader de la LCR était assigné en diffamation par l'importateur français du Taser, SMP Technolobies, pour avoir déclaré en juin 2007 que le pistolet électrique aurait «probablement fait taire plus de 150 personnes aux USA».

Selon des documents officiels de la Police urbaine de proximité de mars 2008, dévoilés par «Backchich» jeudi dernier, le Taser est désormais considéré en France comme une arme «à létalité réduite». Qui donc peut tuer.