« Il faut que les hommes changent »... Le procureur de Rennes en guerre contre les violences faites aux femmes

INTERVIEW Nommé il y a un an à Rennes, le magistrat a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité

Propos recueillis par Camille Allain

— 

Le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc, ici dans son bureau en mars 2020.
Le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc, ici dans son bureau en mars 2020. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le procureur de la République de Rennes a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité à son arrivée il y a un an.
  • Il présentera à la fin du mois un schéma directeur départemental de lutte.
  • Au sein du parquet de Rennes, l'objectif est de faire diminuer le nombre de classements sans suite des affaires, faute de preuve.

Nommé à la tête du parquet de Rennes il y a un an, le procureur de la République Philippe Astruc a tout de suite souhaité faire de la lutte contre les violences faites aux femmes sa priorité. Un an après son arrivée en Bretagne, le magistrat s’apprête à présenter un schéma directeur départemental de lutte à la fin du mois. Un document d’une quarantaine de mesures allant de la prévention des actes  à la protection des victimes en passant par la prise en charge des auteurs. 20 Minutes l’a rencontré à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Pourquoi avoir fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité à votre arrivée à Rennes l’an dernier ?

C’était une sorte d’évidence pour moi, je suis un procureur militant. Les violences faites aux femmes sont le seul contentieux que j’appelle « universel ». Cette problématique touche l'ensemble de la société: la ville, la campagne, tous les quartiers, toutes les couches de la société, tous les âges. Les femmes en sont victimes parfois très jeunes, parfois très âgées. En y réfléchissant, on voit qu’il n’y a pratiquement pas d’autres contentieux comme celui-là. Cela a des conséquences pour les victimes et pour notre société. Quand vous êtes victime d’un cambriolage, vous n’allez pas être marqué à vie. Quand vous êtes victime de violences sexuelles ou de violences conjugales, cela va vous marquer très fortement et dans la durée. Cela a des conséquences pour tout le cercle familial, y compris les enfants. Je suis persuadé des marges de progression dont nous disposons.

Depuis un an, la question de la place des femmes semble avoir nettement évolué...

Je suis très heureux de voir que notre société a enfin ouvert les yeux sur les réalités de cette problématique. Mais c’est un combat d’une génération. Il y a une part de ce combat qui est culturelle. Ça interroge d’abord le rapport homme femme, la représentation que les hommes ont de la place des femmes. Et elle peut être polymorphe. Un jeune homme pourra avoir une représentation bien différente s’il s’agit de sa mère, de sa petite sœur ou de sa compagne. Le même peut déifier sa mère et se comporter comme le dernier des derniers avec sa femme. Il faut changer les comportements. Ce n’est pas une fatalité. Il faut que les hommes changent.

Comment souhaitez-vous faire avancer votre combat ?

Sur la sphère sexuelle, il y a un rapport au consentement qui doit évoluer. L’éducation que l’on donne aux jeunes garçons aborde souvent la protection de soi et de son partenaire. Culturellement, ça doit devenir une évidence de s’interroger sur le consentement. Un garçon doit se dire qu’une jeune fille ivre est hors d’état de manifester quoi que ce soit et s’interdire (tout rapport sexuel). Moi je suis là pour que l’interdit identifié par la loi soit parfaitement respecté. C’est un sujet d’une très grande complexité. Il n’y a pas beaucoup de problèmes aussi difficiles. Il mobilise beaucoup d’acteurs. Il n’y a pas de réponse unique, simple. Il y a une prise de conscience, un travail long à mener.

Dans ce schéma, vous comptez beaucoup sur un dispositif innovant de recueil de la parole des victimes...

Ce dispositif, on va l’appeler « Porteurs de paroles ». On a beaucoup développé les politiques de guichet pour accueillir les victimes. Mais je crois qu’il faut aller au-delà de ça. Il faut que la puissance publique aille vers les victimes. Malheureusement, vous avez beaucoup de femmes qui se taisent. Parfois, elles prennent trois affaires et partent. Ce qui veut dire que pour régler un problème pénal, elles se barrent et vont là où elles peuvent. Je veux lutter contre ces départs sauvages qui, bien souvent, mettent ces femmes dans une situation sociale catastrophique. Il y aura toujours des femmes qui feront ce choix. Mais au milieu de ces choix radicaux, il faut trouver une autre voie. Il faut développer les évictions de conjoints violents. Mais pour le faire, il faut que ça ait été pénalisé.

Dans ce schéma, vous prévoyez également des mesures pour « punir » les auteurs.

Avec le procureur de Saint-Malo, nous avons harmonisé notre politique pénale. Avant, pour une affaire que l’on peut qualifier de « légère », on faisait des rappels à la loi. On a décidé d’arrêter. La réponse minimale sera un stage de responsabilisation. On veut aussi développer les réponses rapides. Au parquet de Rennes, on a eu 90 déferrements en 2017. Nous sommes passés à 137 l’an dernier et nous en avons déjà 30 rien qu’en janvier. Ça fait un par jour. Ce sont les choix des procureurs qui ont changé. Chez les hommes violents, on voit souvent des individus qui renouvellent leur comportement, peu importe leur partenaire. Ça peut être de l’addiction, de la fragilité. Si on ne le traite pas, les victimes passent mais les comportements restent.

Votre défi est aussi de réduire le nombre de classements sans suite de ces affaires.

On essaie d’améliorer la qualité des procédures pour diminuer le nombre de classements sans suites. Ce sont des procédures compliquées. Les victimes se demandent parfois si on les croit. Moi, a priori, je n’ai aucune raison de ne pas croire une victime. Mais ma conviction n’a aucune importance. La seule chose qui a une importance, c’est ce que je suis capable de prouver devant une juridiction. Je classe parfois des procédures car je ne peux pas prouver les faits. Il faut qu’on travaille à la précision de nos enquêtes avec les gendarmes et les policiers. Le taux de classement sans suites pour le parquet de Rennes était de 41 % en 2018. L’année dernière, on l’a fait baisser à 36 %. Et en janvier, on est sur un chiffre de 27 %. Le juge ne condamne pas sur une simple parole. Il faut réunir suffisamment d’éléments pour lui permettre d’entrer en voie de condamnation.

Sur le ressort du tribunal de Rennes, depuis trois ans, on aura quasiment doublé le nombre de procédures de violences conjugales. En 2017, on en avait reçues 625. En 2019, on est passés à 908. Et rien que pour le mois de janvier, on en a déjà traitées 100. Si on extrapole sur douze mois, ça fait 1.200. Je ne suis pas sûr que cela veuille dire qu’il y a deux fois plus de violences. Mais cela veut dire qu’on commence à gagner sur la révélation des faits. La parole se libère. 

Des gendarmes nous ont expliqué que la présence régulière de l’alcool rendait parfois leurs interventions difficiles. Est-ce propre à la Bretagne ?

Ici, lors des crises, neuf fois sur dix, c’est sur fond d’alcool du mis en cause, voire du mis en cause et de la victime. On a un bon indicateur, ce sont les gardes à vue à droit différé. Quand vous êtes ivre, on ne peut pas vous notifier vos droits. Le matin, quand on reçoit la liste des gardes à vue de la nuit, pratiquement toutes les affaires conjugales sont en droit différé. Ce phénomène d’alcool est plus prégnant ici qu’ailleurs​. Mais l’alcool est un facteur aggravant de toutes les situations criminogènes, pas seulement des violences conjugales. Ici comme ailleurs.