Attentat de Copernic: la justice sur la piste d'une complice et du cerveau de l'opération

JUSTICE Alors que l'homme suspecté d'être l'auteur de cet attentat vient d'être arrêté au Canada...

C. F.
— 
L'auteur présumé de l'attentat qui avait fait quatre morts près de la synagogue de la rue Copernic à Paris (XVIe) en 1980, un Libano-Canadien d'origine palestinienne, a été arrêté jeudi au Canada 28 ans après les faits sur mandat d'arrêt international de juges français.
L'auteur présumé de l'attentat qui avait fait quatre morts près de la synagogue de la rue Copernic à Paris (XVIe) en 1980, un Libano-Canadien d'origine palestinienne, a été arrêté jeudi au Canada 28 ans après les faits sur mandat d'arrêt international de juges français. — Delmas AFP/Archives

L'étau se resserre autour des coupables de l'attentat de la rue de Copernic en 1980. Alors que l'homme suspecté d'en être l'auteur, le Libano-Canadien Hassan Diab, vient d'être arrêté au Canada, la justice française est également sur la piste d'une complice et surtout du cerveau de l'opération.

Selon «Le Figaro», la complice serait une femme de 55 ans, proche dans les années 70 de la Fraction armée rouge allemande, qui vit à Oslo (Norvège). D'origine palestinienne, elle aurait notamment participé en 1977 au détournement d'un avion de la Lufthansa pour obtenir la libération de la bande à Baader. Retrouvée en 1991, elle a été extradée vers l'Allemagne, jugée et condamnée pour cette opération.

Les juges français ont surtout retrouvé la trace du chef du FPLP-Opérations spéciales, Salim Abou Salim, un Palestinien âgé aujourd'hui de plus de 70 ans et officiellement disparu au Yémen il y a plus de vingt ans. L'homme vit en réalité paisiblement au Liban, indique le quotidien. Outre Copernic, le FPLP-Opérations spéciales a également frappé à Anvers en octobre 1981 (3 morts et 106 blessés dans des attentats contre une synagogue et la bourse des diamantaires) ainsi qu'à Rome, Vienne ou Genève contre des agences de la compagnie israélienne El Al.