Le ministère de la Santé veut rendre les diabétiques autonomes

SANTE L'Association française des diabétiques préfère mettre l'accent sur la nutrition et la prévention...

Julien Ménielle

— 

afp.com

Le salon du diabète et de la nutrition ouvre ses portes ce vendredi au Cnit de la Défense, dans le cadre de la journée mondiale du diabète. L'association française des diabétiques(AFD) et ses 125 associations fédérées entendent «parler et faire parler» de la maladie pendant tout le week-end. Roselyne Bachelot sera présente à la manifestation, et prononcera un discours sur l'éducation thérapeutique.

Rendre les patients autonomes

La ministre de la Santé a fait le vœu de rendre autonome les patients atteints de maladies chroniques. Elle avait rendu public, en septembre dernier, un rapport contenant une liste de recommandations visant à améliorer les connaissances de ces malades sur leur pathologie et leur traitement, et de réduire le risque de complications ou d'aggravation de leur état.

Avec ce même objectif, l'Assurance maladie a présenté ce jeudi un service d'accompagnement téléphonique personnalisé des personnes diabétiques. Le dispositif, baptisé «Sophia» était expérimenté dans 10 départements français depuis mars. Outre l'accueil téléphonique, il inclut un magazine trimestriel d'informations et un suivi personnalisé sur l'Internet. Il sera étendu à terme aux autres maladies chroniques.

De plus en plus de malades

Le diabète, qui se caractérise par un taux élevé de sucre dans le sang, touche 2,5 millions de personnes en France. Un chiffre qui a doublé en 10 ans, et dont l'OMS prévoit une explosion d'ici 2030, au niveau mondial. Cette croissance serait liée à la progression du surpoids et de l'obésité, au vieillissement, mais aussi à l'amélioration de l'espérance de vie des diabétiques traités et à l'intensification du dépistage, selon l'étude publiée ce mercredi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

>> Pour faire le point sur le diabète et ses traitements, cliquez ici

La forme la plus fréquente du diabète (celui de type 2 : 90% des cas), favorisée par l'épidémie d'obésité et le manque d'exercice et autrefois essentiellement maladie de l'adulte, est de plus en plus souvent diagnostiquée chez les jeunes, selon la FID. Le diabète de type 1, touchant 500.000 enfants de moins de 15 ans dans le monde, ne peut être prévenu. En revanche, le diabète de type 2 peut l'être en perdant 7 à 10% de son poids et en faisant un peu d'exercice.

Le salon de l'AFD compte réunir, autour du thème des bienfaits d'une alimentation équilibrée, patients et professionnels dans une ambiance qui se veut «conviviale». L'objectif étant de lutter contre l'obésité et le surpoids. Plus prosaïques, le ministère et l'Assurance maladie espèrent diminuer le coût des prises en charges pour la collectivité, 8 diabétiques sur 10 étant pris en charge à 100% par la Sécurité sociale.