Finistère: Un tremblement de terre de magnitude 3,8 a secoué Brest

SEISME La secousse a été ressentie en milieu de soirée mercredi soir

C.A.

— 

Capture d'écran des sismogrammes du Réseau national de surveillance sismique après le tremblement de terre à Brest, le 19 février 2020.
Capture d'écran des sismogrammes du Réseau national de surveillance sismique après le tremblement de terre à Brest, le 19 février 2020. — Capture d'écran Rénass

Beaucoup d’incompréhension. Et parfois un peu d’inquiétude. Mercredi soir peu avant 22h30, de nombreux habitants de Brest et du Finistère ont fait part de leur surprise sur les réseaux sociaux. En cause ? Une importante secousse qui a fait trembler la pointe bretonne en milieu de soirée. Le Réseau national de surveillance sismique​ a bien enregistré un tremblement de terre à 22h20 à une magnitude de 3,8. Une puissance assez conséquente pour la Bretagne.

D’après le Rénass, l’épicentre serait situé à cinq kilomètres de Brest. Sur les réseaux sociaux, de très nombreux internautes ont fait part de leur étonnement. Le tremblement de terre n’aurait fait aucun dégât. Fin août, un séisme de magnitude 2,9 avait déjà fait tremblé la région brestoise.

Certains internautes ont même évoqué l’idée d’un détachement de la Bretagne, sur le ton de la plaisanterie. Nous avions posé la question à des spécialistes il y a quelques années. Leur réponse avait été aussi sérieuse que catégorique. Non, la Bretagne ne risque pas de se détacher de la France. « On n’atteindra jamais une magnitude 7 comme en Californie ou au Japon. Mais on pourrait voir une magnitude 6 », avait cependant prévenu Jérôme Vergne, membre de l’École et observatoire des sciences de la terre de Strasbourg.

En 2013, une secousse de magnitude 4,7 avait fait bouger la région de Vannes (Morbihan), mais sans faire de dégâts.