Deux mois de prison avec sursis pour s'être baladé avec un M-16 près d'une ligne SNCF

PROTECTION RAPPROCHEE Les services de sécurité, à cran, ont interpellé mardi deux hommes taprès de la ligne TGV qui devait ramener Nicolas Sarkozy de la Meuse...

M.Gr.

— 

Image d'un M-16, le fusil d'assaut de l'armée américaine. Un des deux interpellés était en possession de cette arme.
Image d'un M-16, le fusil d'assaut de l'armée américaine. Un des deux interpellés était en possession de cette arme. — DR

Un homme de 19 ans, jugé pour avoir été vu mardi dans un champ à Varreddes (Seine-et-Marne) à proximité de la ligne à grande vitesse Est en possession d'une arme de guerre, a été condamné ce jeudi à deux mois de prison avec sursis, indique l'AFP, citant la gendarmerie.

Il a été condamné dans le cadre de la procédure du plaider coupable pour «transport d'arme de première catégorie sans motif légitime». Il était accompagné d'un jeune homme de 18 ans qui fera l'objet d'une convocation devant le procureur de Meaux pour un rappel à la loi.

Les services de sécurité présidentiels à cran

Ces deux jeunes ont fait paniquer les services de sécurité présidentiels. Mardi après-midi, à Varreddes, les deux compères se baladent près de la ligne TGV reliant la capitale à l’Est de la France, raconte Europe 1. L’un d’eux est armé d’un M-16, le fusil d’assaut des militaires américains, ici en version civile, c’est à dire qui tire au coup par coup. Il est chargé, équipé d’un silencieux et d’une lunette.

Les deux jeunes cherchent un endroit pour s’entraîner à tirer. Problème, la ligne TGV est un enjeu national en cette journée du 11-Novembre. Nicolas Sarkozy, après les cérémonies à l’ossuaire de Douaumont, doit ensuite regagner Paris par ce biais. Et après les sabotages en série sur le réseau, la Sous-direction anti-terroriste (SDAT), qui vient juste d’arrêter les pirates du rail, est aux abois.

Les deux copains sont interpellés illico presto par des gendarmes qui surveillent les champs bordant la ligne. Lors de la perquisition, les gendarmes découvrent un arsenal, quatre pistolets, des munitions... Ils croient avoir déjoué un complot contre Nicolas Sarkozy.

Des inconscients, pas des terroristes

Sauf que les deux inconscients n'avaient pas la moindre intention criminelle. Le détenteur des armes a une licence et des permis de port d’arme en règle. C’est un fana de tir sportif qui voulait juste assouvir sa passion et initier son ami.

Le procureur de Meaux, convaincu qu’ils ne sont pas dangereux, leur a proposeé de plaider coupable pour s’en tirer avec du sursis. Tirer dans un champ est interdit par le Code pénal, il faut se rendre dans un stand de tir .

En attendant, Lee Harvey Oswald n’a toujours pas d’équivalent en France.