La Cour de cassation blanchit Vanneste

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

« L'homosexualité est inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à l'extrême, ce serait dangereux pour l'humanité. » Même s'il a assuré hier regretter le terme « inférieure », Christian Vanneste avait bien le droit de tenir ces propos.

Condamné en appel pour injure envers la communauté homosexuelle (lire l'encadré), le député (UMP-CNI) de Tourcoing a été blanchi, hier, par la Cour de cassation. La juridiction suprême a estimé qu'il n'avait pas « dépassé les limites de la liberté d'expression ». Elle a donc cassé le jugement de la cour d'appel sans même renvoyer le dossier devant une autre juridiction. « Je suis satisfait. Cette décision me fait retrouver une certaine idée de mon pays et prouve qu'il y a une vérité..., nous a confié à chaud l'ancien professeur de philosophie. Pendant quatre ans, on a empêché un citoyen, qui plus est parlementaire, de s'exprimer. »

Partie civile dans le procès, SOS Homophobie s'est dite « consternée tout comme les trois millions d'homosexuels français ». L'association compte rapidement prendre contact avec les autres structures de lutte contre les discriminations afin de définir une position et des actions communes. « La décision de la Cour de cassation semble relever d'un autre âge », a conclu Caroline Mécary, l'avocate de l'association, regrettant qu'une fois de plus les homosexuels « apparaissent comme une catégorie de sous-hommes que l'on pourrait injurier à loisir ». Le Syndicat national des entreprises gay envisage d'ailleurs l'éventualité d'un recours devant la Cour européenne de justice.