Royal en a envie mais hésite encore

Bastien Bonnefous et David Carzon - ©2008 20 minutes

— 

Hier soir, au journal de TF1, elle a expliqué qu'elle ne pouvait pas encore le dire. Il faudra attendre pour savoir si Ségolène Royal compte briguer le poste de premier secrétaire du PS le week-end prochain à Reims. « J'en ai envie, les militants ont voté, donc ont donné une légitimité au projet que j'ai présenté avec mes amis », a-t-elle précisé comme un aveu. Alors que lui manque-t-il ? Sûrement des certitudes du côté de ses adversaires pour apparaître comme la candidate du rassemblement. « Je veux faire émerger des convergences, a-t-elle expliqué. Cet effort de rassemblement, je le ferai jusqu'au dépôt des candidatures. » Bref, tout pourrait se jouer durant le congrès de Reims.

Il lui reste encore du travail. Si tous au PS considèrent sa mise en avant « légitime » - sa motion a remporté le vote des militants -, beaucoup ne la jugent pas unique et définitive. Pour Razzy Hammadi, soutien de Benoît Hamon, « il y a plusieurs voies pour le changement », à commencer par celle d'une « conception du PS fondée sur (...) la stratégie d'alliance à gauche ». Sus donc à Royal et à ses velléités de rapprochement avec le MoDem. De plus modérés sont les plus durs, à l'image de Michel Sapin, proche de Hollande et ex-soutien de Royal à la présidentielle. Sa candidature serait « une candidature d'affrontement », a-t-il déclaré hier, propre à légitimer la création d'un front anti-Royal.

Sur www.20minutes.fr

Marc Vasseur, blogueur socialiste, répond à vos questions.