Sabotages SNCF, gardes à vue prolongées

- ©2008 20 minutes

— 

Les perquisitions auraient été fructueuses. Les dix activistes présumés de l'ultragauche arrêtés mardi étaient toujours en garde à vue hier à Levallois et à Nancy. Ces quatre hommes et six femmes, sous surveillance depuis des mois, sont soupçonnés d'actes de malveillance sur le réseau SNCF. Les policiers auraient trouvé des documents consignant les heures de passage des trains et du matériel d'escalade qui aurait pu être utilisé pour saboter les caténaires.

Sur www.20minutes.fr

Notre lexique de l'ultra-gauche.