Procès du meurtre du petit Marc : La couleur des bleus en question

JUSTICE L’avocate d'un des médecins qui avaient ausculté l'enfant, le docteur Vellemans...

A Douai, Vincent Vantighem

— 

Trois jours qu'elle était stressée. Mais, mercredi matin, Alice Cohen-Sabban n'a pas tremblé. Pour défendre le docteur Vellemans, elle s'est réduite à faire du droit dans un procès qu'elle a qualifié de «café du commerce».

>>>> «Perpet? C'est emmurer quelqu'un vivant»: retrouvez le compte rendu de l'audience de mercredi ici

Son client a bien vu le petit Marc une semaine avant sa mort. Mais il n'a pas repéré les maltraitances. «Sur les photos prises lors de l'autopsie, la couleur des coups prouve qu'ils n'étaient pas visibles une semaine plus tôt.» Et l'avocate de détailler l'évolution d'un bleu, allant du rouge au jaunâtre en passant par le brun.

«Non-assistance à personne en péril? Mais ce docteur n'avait pas conscience du péril», a-t-elle asséné. Dans la salle, le père du bambin n'a pas résisté. «Mais il s'est fait massacrer», lui a-t-il hurlé avant d'être exclu.