Retards sur le TGV Atlantique: six cartouches près de la caténaire de Marcoussis

ENQUETE La SNCF évoque des tirs de fusil...

Avec agence

— 

 Impact des balles sur le lampadaire du TGV Atlantique.
 Impact des balles sur le lampadaire du TGV Atlantique. — SNCF

Les gendarmes ont retrouvé dimanche six étuis (de cartouches) de calibre 30.30 près du fil de la caténaire rompu à Marcoussis (Essonne), qui avait provoqué samedi de grosses perturbations sur le TGV Atlantique, indique ce lundi l'AFP, citant une source proche de l'enquête.

Un lampadaire situé dans l'alignement du cable cassé porte deux impacts de munitions de type Brenneke (munitions pour le gros gibier, comme le sanglier). La SNCF a porté plainte dimanche.

Un délit passible de trois ans de prison

Les gendarmes de la section de recherches de Paris ont par ailleurs commencé à faire le tour des sociétés de chasse locales pour recenser les carabines de ce calibre, armes de cinquième catégorie qui ne sont pas soumises à une déclaration obligatoire en préfecture.

C'est la première fois, ajoute cette même source, que ce type de tir - accidentel ou volontaire - contre un équipement de la SNCF se produit en Ile-de-France.

Ces tirs, si l'enquête devait révéler qu'ils ont été volontaires, constituent un délit passible de trois ans d'emprisonnement et de 40.000 euros d'amende.