Douze ans de réclusion pour l'auteur du tir mortel sur Sid-Ahmed

JUSTICE Le garçon de 11 ans avait été tué en juin 2008 à la cité des 4.000 à la Courneuve...

Avec agence

— 

La cour d'assises de Seine-Saint-Denis a entrepris vendredi de juger les trois jeunes impliqués dans la fusillade qui a coûté la vie à Sid-Ahmed Hammache, 11 ans, en juin 2005 à la cité des 4000 à La Courneuve, que Nicolas Sarkozy voulait "nettoyer" au "kärcher" après le drame.
La cour d'assises de Seine-Saint-Denis a entrepris vendredi de juger les trois jeunes impliqués dans la fusillade qui a coûté la vie à Sid-Ahmed Hammache, 11 ans, en juin 2005 à la cité des 4000 à La Courneuve, que Nicolas Sarkozy voulait "nettoyer" au "kärcher" après le drame. — Ryad Kramdi AFP/Archives

L'auteur du tir qui a tué Sid-Ahmed Hammache, 11 ans, en juin 2005 à la cité des 4.000 à la Courneuve, a été condamné ce lundi à 12 années de réclusion criminelle par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.

L'avocate générale Solange Moracchini avait requis lundi dernier 15 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Mhamoudou Mhadjou, 26 ans, principal accusé.

Huit ans de prison pour les deux autres protagonistes

Elle avait requis la même peine à l'encontre de Salah Ben Faiza, 22 ans, jugé pour «tentative d'assassinat» sur la personne de Mhamoudou Mhadjou et de son frère Mohamed, 27 ans, accusé de «complicité de tentative d'assassinat».

Ces derniers ont été condamnés tous les deux à huit ans de réclusion criminelle.

Sarkozy avait dit vouloir «nettoyer» la cité des 4.000

Les trois jeunes ont été, le 19 juin 2005, les protagonistes d'un règlement de comptes au cours duquel le petit Sid-Ahmed fut atteint au-dessus du cœur par une balle de revolver qui ne lui était pas destinée. Les frères Ben Faiza accusaient Mhamoudou d'avoir sali l'honneur de leur soeur Nadia, et de la famille, en entretenant avec elle une relation amoureuse.

A la suite du drame, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, s'était rendu sur place et avait dit vouloir «nettoyer» la cité des 4.000 de la Courneuve au «Kärcher».

Un troisième tireur?

L'avocat de Mhamoudou Mhadjou a évoqué ce lundi dans sa plaidoirie l'hypothèse d'un «troisième tireur». «Un certain nombre de témoins, dont Mme Hammache, ont vu Sid-Ahmed courir après les premiers coups de feu, celui de Mhamoudou et celui de Salah qui sont antérieurs au déplacement du petit garçon, on peut donc inclure l'hypothèse d'un troisième tireur», a expliqué Léon Forster.

L'avocat a regretté que «durant ce procès, on ait voulu faire dire à Mhamoudou qu'il y avait eu deux tirs et déduire qu'il est coupable», «face à une famille qu'il ne veut pas blesser» car il est «dans une culpabilisation totale».