Boutons d'ascenseurs radioactifs: l'incident est plus grave que prévu

INCIDENT L'Autorité de sûreté nucléaire revoit ses conclusions à la hausse...

Avec agence

— 

Une usine d'équipements électriques évacuée après la découverte de colis radioactifs à Chimilin en Isère.
Une usine d'équipements électriques évacuée après la découverte de colis radioactifs à Chimilin en Isère. — ide

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a revu à la hausse, ce mardi, la gravité de l'incident concernant des boutons d'ascenseur en provenance d'Inde, qui se sont révélés radioactifs à Chimilin, dans l'Isère.

L’ASN explique dans un communiqué qu'elle «a décidé de reclasser cet événement au niveau 2 sur l’échelle INES (contre 1 précédemment, ndlr), en raison de l’exposition de plus de dix personnes à des doses dépassant la limite réglementaire».

«Parmi la trentaine de personnes exposées, une vingtaine de travailleurs ont été exposés à des doses allant de 1 mSv (milli-Sievert) à 3 mSv environ», alors que la limite d'exposition fixée par la réglementation est de 1 mSv/an.

Le 7 octobre dernier, l'usine d'équipements électriques avait été évacuée suite à la découverte du matériel radioactif dans des colis. «On est sur une source radioactive limitée», avait alors estimé un responsable de la préfecture.

L'échelle internationale des événements nucléaires (INES) compte huit niveaux de gravité, de zéro (écart) à sept (accident majeur).
Le niveau deux est considéré comme un «incident», n'ayant pas de conséquence hors du site, mais avec une «contamination importante ou surexposition d'un travailleur».