Les surveillants appellent au blocage des prisons contre le « mépris » de Dati

- ©2008 20 minutes

— 

« Elle se moque de nous. » Se sentant « méprisés » par Rachida Dati qui n'a pas pris la peine de les recevoir hier, les syndicats pénitentiaires ont appelé au « blocage total » des prisons à partir du 13 novembre. Un coup de force rare chez les surveillants qui n'ont pas droit à la grève, mais qui en dit long sur la situation carcérale française. Dénonçant tour à tour une surpopulation record, une « pénurie de personnel » et une série de quatre suicides de détenus depuis le début du mois, les syndicats estiment que « si on continue, il va y avoir le feu ». Reçue hier par le directeur de cabinet de la Ministre de la Justice, l'entente syndicale s'est vu simplement proposer des groupes de travail. « Si Rachida Dati ne comprend pas, on va lui montrer qu'on est capable de mobiliser pour qu'elle soit obligée d'organiser non pas des groupes de travail, mais des réunions de crise », a répondu Christophe Marquès, de FO-Pénitentiaire. Une situation embarrassante pour la garde des Sceaux, qui doit déjà faire face ce jeudi à une journée d'action nationale des magistrats contre sa politique pénale.