Voyage au bout de «L'Enfer de Matignon»

MEDIA France 5 présente ce soir une collection regroupant le témoignage de douze Premiers ministres...

Alice Coffin

— 

Les "responsables occidentaux" demandent à la Chine de "tuer avec retenue" au Tibet, accuse l'ancien Premier ministre Alain Juppé, alors que le président Nicolas Sarkozy a appelé lundi Pékin à la "retenue" après les violences dans cette province.
Les "responsables occidentaux" demandent à la Chine de "tuer avec retenue" au Tibet, accuse l'ancien Premier ministre Alain Juppé, alors que le président Nicolas Sarkozy a appelé lundi Pékin à la "retenue" après les violences dans cette province. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Programme politique d’utilité publique. France 5 entame ce soir la diffusion* de L’Enfer de Matignon. Une collection documentaire qui « peut avoir un fort impact sur la population et changer sa relation avec les politiques», estime Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin. Réalisé par Philippe Kohly et Raphaëlle Bacqué, auteur d’un ouvrage éponyme**, L’Enfer de Matignon – l’expression est de Rocard – met en scène les témoignages de douze Premiers ministres.

De Pierre Messmer à François Fillon, tous, sauf Chirac, ont accepté de détailler les aléas du «job le plus dur de la République», d’après Villepin. «Ils y accèdent souvent dans un grand degré d’improvisation. Et l’étape suivante, la composition du gouvernement, se fait très, trop, rapidement», note Raphaëlle Bacqué. Racontés avec simplicité par les protagonistes, ces éléments et beaucoup d’autres, sont de nature à «créer une réflexion et une attente quant au fonctionnement de la démocratie», poursuit Bruno Le Maire. Et, à relativiser certaines interrogations sur la répartition des rôles entre Nicolas Sarkozy et François Fillon.

«On le constate, la question n’est pas nouvelle», souligne Jean-Louis Debré, présent comme Bruno Le Maire, lors du débat préliminaire au doc. Un témoignage susceptible d’éclairer, donc, les difficultés du métier politique, mais aussi un témoignage pour l’histoire. L’Institut national de l’audiovisuel projette d’acheter tous les enregistrements.

Une crainte affleurait néanmoins à France 5: «Cela serait dommage que Fillon soit remplacé avant la diffusion, car, du coup, il nous en manquerait un…» A priori, il devrait rester encore quelques temps en enfer.

 * A 20 h 40, soirée spéciale de présentation, puis tous les lundis jusqu’au 3 novembre, à 20 h 35 sur France 5.
** Ed. Albin Michel.