La Journée mondiale pour le travail décent en version française

SOCIAL Tour d'horizon des manifestations et des perturbations...

J.M. avec agence

— 

Des manifestants à Marseille, le 7 octobre 2008
Des manifestants à Marseille, le 7 octobre 2008 — REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Comme annoncé, la Journée mondiale pour le travail décent de ce mardi se caractérise essentiellement par des manifestations. Six syndicats français se sont cependant joints à la mobilisation, en organisant des défilés à travers le pays. La CGT, la CFDT, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires et l'Unsa indiquent avoir privilégié ce mode de revendication plutôt qu'un appel national à une grève, jugée trop pénalisante pour le pouvoir d'achat en ces temps difficiles. Le point sur le mouvement.

Les perturbations

Ça roule dans les transports

Le trafic est normal sur l’ensemble des lignes de la RATP.
Côté SNCF, seul le réseau Transilien de Paris-Montparnasse est perturbé, avec environ deux trains sur trois aux heures de pointe, pour la capitale. En province, on ne signale que quelques perturbations sur les TER dans les régions Centre, Pays-de-Loire, PACA et Languedoc-Roussillon.

Pas de soucis dans les airs

Le trafic aérien était également normal, sauf à Marseille avec quelques retards s'élevant en moyenne à 45 minutes en tout début de journée, selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC)

Un mouvement peu suivi à l’Education nationale

Dans un communiqué, le ministère évalue le taux de personnel en grève à 5,37%, alors que la FSU recense entre 25 et 30% de grévistes dans les collèges et lycées. Pour Xavier Darcos, «cela ne se passe pas trop mal».

Les manifestations

A Paris
Un défilé est prévu à partir de 15h30 d'Alma-Marceau au Trocadéro, où doit se tenir un rassemblement international, en présence des secrétaires généraux de la Confédération syndicale internationale (CSI) et de la Confédération européenne des syndicats (CES). Deux autres manifestations sont prévues à 14h. L’une au départ du métro «Sèvres-Babylone» pour la Défense de l'emploi, des salaires, de l'avenir de leurs métiers et du service public de l'éducation. L’autre au départ du 121, boulevard de Grenelle, à l’appel d'un syndicat des gaziers–électriciens.

A Lyon

Selon les chiffres des organisateurs ou de la police, entre 4.500 et 2.600 personnes ont défilé, notamment pour l'avenir des services publics. Sur les banderoles, on pouvait lire «Krach dans l'éducation, injectez d'urgence 4 milliards» ou «Touche pas à ma Poste».

A Marseille
De 3.000 à 20.000 personnes ont manifesté dans la matinée, selon les chiffres de la police ou des organisateurs. «La seule façon de moraliser le capitalisme, c'est d'y mettre fin», indiquait une banderole.

Ailleurs

A Auch, des tracts du Nouveau parti anti-capitaliste (NPA) ironisaient: «T'as pas 100 milliards? C'est pour terminer le mois», tandis qu’à Rennes, on adressait un message au monde des affaires: «Même en dormant tu t'enrichis, fainéant».

Selon la CGT, 87 défilés sont organisés au total sur l’ensemble du territoire.

>>> L'actualité se construit avec vous. Vous participez à une manifestation? Vous dénichez une banderole originale ? Envoyez-nous vos témoignages, vos photos et vos vidéos par SMS ou MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr