Drame sur le terrain de foot: une information judiciaire ouverte

FAIT DIVERS Il s'est s'écrasé en apportant le ballon, tuant un adolescent et en blessant grièvement un autre...

M.Gr. (avec agence)

— 

Un parachutiste s'est tué sur un terrain de football jeudi soir en apportant le ballon du match, en s'écrasant sur un groupe de jeunes spectateurs. Un adolescent a été tué, un autre blessé.
Un parachutiste s'est tué sur un terrain de football jeudi soir en apportant le ballon du match, en s'écrasant sur un groupe de jeunes spectateurs. Un adolescent a été tué, un autre blessé. — no credit

Une information judiciaire contre X sera ouverte samedi pour homicides et blessures involontaires, après l'accident d'un parachutiste jeudi soir, qui a fait deux morts.

Selon la magistrate, "le parachutiste a fait une boucle surprenante et a pris de la vitesse". 

"Nous n'excluons aucune hypothèse: le malaise, la faute du parachutiste. Au stade actuel de l'enquête, aucun manquement de la part de l'organisation n'a été relevé", a conclu la procureure.

Deux morts

Plus tôt ce matin, un des deux adolescents victimes de la chute du parachutiste était décédé. Le parachutiste, lui,  était mort sur le coup.

Un peu avant 20 heures, jeudi soir, un groupe d’adolescents se presse stade de Saint-Denis-de-l'Hôtel (Loiret) pour assister au match de foot des moins de 18 ans France-Ukraine.

Le stade est plein, avec son millier de spectateurs, tout est fin prêt. Ne manque que le ballon, qui doit arriver par les airs, histoire de faire un peu le show.

Il a heurté un pylône d’éclairage

Sauf que le parachutiste apportant le précieux sésame heurte un pylône d’éclairage. Et il tombe sur un groupe d'adolescents, deux d'entre eux sont violemment entraînés par la voile contre la main courante qui entoure le terrain.

Les deux jeunes, âgés de 16 et 17 ans, grièvement blessés ont été transportés au CHRU d'Orléans. L'un des deux est décédé ce vendredi matin.

Les témoins du drame, dont les six parachutistes qui accompagnaient le porteur du ballon, restent frappés par la stupeur et l’incompréhension. Les conditions météo étaient bonnes, le parachutiste, âgé de 42 ans, expérimenté. Il était moniteur à l'école de parachutisme de Centre Orléans-Loiret depuis 1993, comptait à son actif plus de 1.000 sauts.

«Pour que ce soit la fête»

L’hypothèse d’un malaise est avancée. Le parachutiste décédé était équipé d'une caméra placée sur son casque. L'analyse des images permettra aux enquêteurs d'en savoir plus sur l'accident.

Une cellule psychologique a été ouverte sur place en particulier pour la quarantaine d'adolescents de la Maison familiale de Gien (Loiret).

«Toutes les conditions étaient réunies pour que tout se passe bien. Le club avait demandé au parachutiste d'apporter le ballon pour que ce soit la fête», a déclaré le maire, Jean-Pierre Garnier. Ces mini-spectacles sont courants dans les divisions inférieures, qui ne laissent pas le monopole de l'animation à Max Guazzini.

La rencontre a été annulée.