Sarkozy veut remettre la presse en état

Anne Kerloc'h - ©2008 20 minutes

— 

Que fleurissent de grands groupes de presse ! Pour lancer les états généraux de la presse écrite, hier, Nicolas Sarkozy a livré un discours touffu, parfois contradictoire, analysant les difficultés du secteur et affichant une volonté de trouver les « changements à mettre en oeuvre tout de suite », après la consultation.

Si les quatre groupes de travail ont deux mois pour rendre leurs conclusions, le chef de l'Etat a confirmé ses préférences : le développement du portage à domicile, la refonte de la distribution, et surtout la favorisation de grands groupes, quitte à revoir les règles anti-concentration. Un discours salué par une partie des analystes comme Jean-Clément Texier, consultant médias : « Sur la scène mondiale, nous sommes des nains qui font face à des géants. Il y a urgence. »

Les quatre pôles de travail sont présidés par des éditeurs : Bruno Frappat (Bayard, pôle métiers du journalisme), Bruno Patino (ancien du Monde, pôle numérique), Arnaud de Puyfontaine (ex-Mondadori, pôle processus industriel), François Dufour (Play Bac, pôle presse et société). Rien n'était tranché hier sur la présence des syndicats dans les groupes de travail, ces derniers devant cependant être auditionnés. « On est plein d'espoir et de craintes », soulignait Olivier Da Lage, du SNJ, qui a regretté un dispositif et un discours « faits pour les éditeurs ».

Sur www.20minutes.fr

Notre dossier sur les états généraux