La Cnil se félicite de la modification d'Edvige

FICHAGE La Commission devait recevoir le nouveau décret ce vendredi matin...

Avec agence

— 

L'office national des personnes recherchées ou en fuite directement rattachée à la direction centrale de la police nationale recherche et interpelle plusieurs dizaines de personnes en cavale chaque années. Fichier de police
L'office national des personnes recherchées ou en fuite directement rattachée à la direction centrale de la police nationale recherche et interpelle plusieurs dizaines de personnes en cavale chaque années. Fichier de police — Sipa

Le président de la Commission nationale informatique et liberté (Cnil), Alex Türk, s'est félicité ce vendredi sur Europe 1 de la modification du fichier de police Edvige, en affirmant que «l'essentiel» des points posant problème avait été réglé.

La Cnil devait recevoir le nouveau décret, commandé jeudi par François Fillon à Michèle Alliot-Marie, ce vendredi matin. «On a besoin d'environ un mois pour faire le travail correctement», a estimé Alex Türk ajoutant: «Le conseil d'Etat sera ensuite saisi, cela peut se faire en quelques jours et le décret peut sortir, si le gouvernement le souhaite, vers la fin de l'année.»

Parmi les points auxquels tenait la Cnil, Alex Türk a cité le cas des mineurs de plus de 13 ans. Ils «seront fichés avec cette fois un droit à l'oubli, c'est-à-dire qu'ils seront fichés, semble-t-il, jusqu'à leur majorité mais pas plus». «C'était essentiel pour nous qu'il y ait une limite à la conservation des données qui les concernent», a-t-il dit.

>> Retrouvez notre dossier sur Edvige en cliquant ici

«Nous avions rendu un avis écrit il y a deux mois et demi dans lequel nous disions: “il ne faut pas publier un décret dans lequel il y tel et tel point qui semble devoir être modifié”. Il a été publié quand même, mais c'est à partir de là que la Cnil a commencé son travail, commencé à alerter les parlementaires, l'opinion publique... et finalement aujourd'hui chacun comprend quel a été son rôle», a ajouté Alex Türk.

A propos des personnes habilitées à consulter les données du nouveau fichier, le président de la Cnil a expliqué que leur nombre sera «limité». «Il est prévu dans le nouveau décret qu'il y ait une traçabilité, c'est-à-dire qu'on pourra vérifier qui a accédé au dossier et vérifier qu'il était justifié pour cette personne de le faire».