Philippe Collet: «Il faut que la direction s'explique»

REACTION Le secrétaire CGT (majoritaire) du CE de l'usine Arcelor de Dunkerque, revient sur la découverte de déchets toxiques dans une société du groupe Arcelor...

Recueilli par Vincent Vantighem à Lille

— 

Deux anciens directeurs des chantiers navals Normed de Dunkerque (Nord) ont été récemment mis en examen à Paris, notamment pour "homicides involontaires" dans le cadre d'une enquête judiciaire sur l'exposition à l'amiante des salariés de l'entreprise, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Deux anciens directeurs des chantiers navals Normed de Dunkerque (Nord) ont été récemment mis en examen à Paris, notamment pour "homicides involontaires" dans le cadre d'une enquête judiciaire sur l'exposition à l'amiante des salariés de l'entreprise, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. — Jean-Marc Huber AFP/Archives

Sollac Dunkerque, une société sidérurgique du groupe est soupçonnée d'avoir «blanchi» des millions de tonnes de déchets toxiques entre 1993 et 2004. Réaction de Philippe Collet, secrétaire CGT (majoritaire) du comité d'entreprise.


Entre 1993 et 2004, Sollac aurait «blanchi» des millions de tonnes de déchets toxiques. Etiez-vous au courant?
Non. On a découvert ça ce mercredi matin dans la presse. Au-delà de la surprise, on est surtout en colère de faire la Une sur un sujet aussi sensible que l’environnement. Ça illustre bien le manque de transparence de la direction à ce sujet.

C’est à dire…
L’affaire aurait démarré en 1993. Ca me rappelle une anecdote. En 1992, la CGT a fait pression sur le CE pour réclamer la mise en place d’une commission Environnement. Il y a eu trois réunions… Nous avons dû arrêter car la direction refusait systématiquement de communiquer les informations à ce sujet. C’est la même chose avec les sous-traitants qui sont les premiers concernés par le traitement de nos déchets toxiques. Cela fait longtemps que l’on demande aussi la création d’une commission de suivi des sous-traitants…

Qu’attendez-vous de la part de la direction aujourd’hui?
On va demander un comité d’entreprise extraordinaire. Il faut que la direction s’explique. Et que les coupables, si les faits sont avérés, soient punis.